mercredi 15 juillet 2020

Salariés, intermittents, chômeurs et précaires face à la crise Covid 19 : le point jour par jour

mercredi 20 mai 2020

Nous voilà dans une zone de turbulence avec la pandémie Covid19 et le passage en stade 3 accompagné d’un confinement plus ou moins généralisé.

Nous suivrons sur cette page toute l’actualité sociale liée à la crise.

Dans cette période compliquée la CGT entend préserver les intérêts des salarié.es, intermittent.es, chômeurs et précaires.

Et il est impensable que la crise actuelle ne serve pas de leçon pour le futur.

#Plus Jamais ça, construisons ensemble le Jour d’Après !

15 associations et syndicats lancent une pétition pour un Jour d’Après écologique, féministe et social (#PlusJamaisCa, signons #PourLeJourDapres)

Les orientations politiques et économiques depuis une quinzaine d’année ont fragilisé ce pays, et particulièrement les services publics.

Et la CGT a lancé l’alarme bien en amont de l’épidémie
https://lacgt44.fr/spip.php?article2441

Le discours du président Macron le jeudi 12 mars a promis de sortir des milliards pour sauver les entreprises et n’a eu que des beaux discours pour les soignants. Si nous en appelons à la solidarité et la responsabilité de chacun.e, au civisme le plus complet, nous continuerons néanmoins à pointer les responsabilités du gouvernement et des pouvoirs publics et entendons continuer à représenter les travailleurs face à ces décisions.

Où sont les milliards à débloquer d’urgence pour l’hôpital public ? Où sont les sous pour recruter des soignant.es et pour mieux payer celles et ceux qui sont en première ligne depuis des semaines et pour plusieurs mois ? Où sont les milliards pour les services publics ?

Le discours d’Emmanuel Macron du 16 mars a soigneusement évité de prononcer le mot de confinement. La santé des entreprises doit-elle primer sur la santé de la population ? Pour la CGT, c’est hors de question.

Nous faisons des points réguliers sur la situation. Nos structures syndicales continuent de fonctionner même pendant le confinement.

Bien évidemment, la période va fortement perturber nos activités habituelles : manifestations de rue impossibles, réunions en présentiel reportées, formations syndicales reportées, permanence juridiques... Privilégions le téléphone et les messages électroniques.

Quelques affiches au sujet de la crise Covid19

Un site complet par les camarades UGICT (Cadres et Techniciens) https://luttevirale.fr/

Covid19 : questions / réponses

************************************************************
Lundi 11/05/2020 - National

EHPAD privés, le business sur la mort

************************************************************
Dimanche 10/05/2020 - National

La gratuité des masques s’impose ! C’est une question de santé publique et de justice sociale !

************************************************************
Samedi 09/05/2020 - National

Les employeurs doivent rester responsables

************************************************************
Jeudi 07/05/2020 - Région

La santé d’abord : à l’école comme ailleurs, pas de protection, pas de retour sur le lieu de travail !

Ni soldats, ni en guerre, ni héros

************************************************************
Mercredi 06/05/2020 - National

Le monde du travail en confinement : une enquête inédite

************************************************************
Mardi 05/05/2020 - Loire-Atlantique

Expression unitaire 44 sur le déconfinement

************************************************************
Lundi 04/05/2020 - Loire-Atlantique

Projet du futur CHU de Nantes, la CGT répond à l’ARS

************************************************************
Dimanche 03/05/2020 - National

Télétravail : à l’ombre du coronavirus

************************************************************
Jeudi 30/04/2020 - Région

Oui à une conférence sociale, non à l’Union sacrée

************************************************************
Mercredi 29/04/2020 - Loire-Atlantique et National

Déclaration unitaire (44) pour le premier mai

Encore trop de questions sans réponses concrètes pour garantir la santé des citoyens !

************************************************************
Mardi 28/04/2020 - Loire-Atlantique et National

L’entreprise Stelia recadrée par la justice en raison du délit d’entrave

Réouverture des écoles : Pour la CGT Éduc’action c’est non !

************************************************************
Lundi 27/04/2020 - Loire-Atlantique

32H00 ou chômage de masse ?

************************************************************
Vendredi 24/04/2020 - National

Banques et Assurances : Macron et le gouvernement se moquent ouvertement des particuliers !

************************************************************
Jeudi 23/04/2020 - Loire-Atlantique

lettre Pétition : Nous refusons que les personnes âgées soient sacrifiées !

************************************************************
Mercredi 23/04/2020 - Loire-Atlantique

Construisons nos Jours Heureux ! pour la Planète et l’Humain

Lettre ouverte sur le projet CHU Ile de Nantes

************************************************************
Mardi 22/04/2020 - Loire-Atlantique

Économie ou santé de ses agents, La Poste a choisi !

************************************************************
Lundi 21/04/2020 - National

Pétition contre la mise à pied par Pénicaud d’un inspecteur du Travail

************************************************************
Samedi 18/04/2020 - National

De la justice fiscale, pas de la charité !

************************************************************
Vendredi 17/04/2020 - National

Le cri d’alarme des travailleurs privés d’emploi et précaires

************************************************************
Jeudi 16/04/2020 - Loire-Atlantique et National

Artt, congés des fonctionnaires : le racket !

Les trésoreries hospitalières mobilisées

************************************************************
Mercredi 15/04/2020 - National

L’hécatombe du Covid-19 parmi les personnes âgées : colère et indignation !

************************************************************
Mardi 14/04/2020 - National

Réouverture des écoles et établissements scolaires le 11 mai : une décision très hasardeuse.

Covid19 : Guides des « bonnes pratiques » et obligations de sécurité de l’employeur

************************************************************
Dimanche 12/04/2020 - Loire-Atlantique

CoronaviruS. La CGT pointe le manque de protections des salariés

************************************************************
Vendredi 10/04/2020 - Région et National

Face à l’ampleur de la crise, notre seule priorité : la protection de la santé de toutes et tous

Covid19 et télétravail : pas une solution miracle !

************************************************************
Jeudi 09/04/2020 - Loire-Atlantique

CORONAVIRUS : l’Inspection du Travail en détresse respiratoire !

En pleine crise, Le RÉSEAU sature, La Poste capitalise mais la CGT se MOBILISE

************************************************************
Mercredi 08/04/2020 - National

ONDAM, histoire d’un scandale sanitaire !

************************************************************
Mardi 07/04/2020 - National

Covid19 et Fonction Publique
************************************************************
Lundi 06/04/2020 - National

La question de la dette des hôpitaux

************************************************************
Samedi 04/04/2020 - National

Covid19 : Dispositif Aides Financières Individuelles

Violences conjugales : il faut protéger les travailleuses !

************************************************************
Vendredi 03/04/2020 - National et Régional

Lettre à l’Agence Régionale de Santé Pays de Loire

Covid 19 : pas de chômeurs et de précaires sans protection ni indemnisation

************************************************************
Jeudi 02/04/2020 - Loire Atlantique

Covid19 révélateur de la nocivité du capitalisme mondialisé

************************************************************
Mercredi 01/04/2020 - Loire Atlantique et National

Covid-19 Loi d’urgence, loi de finances rectificative : une solidarité pas vraiment partagée !

Communiqué de presse de la CGT CHU Nantes

************************************************************
Mardi 31/03/2020 - Région

Covid19 : la Direction de Pôle Emploi reste sourde !

************************************************************
Lundi 30/03/2020 - Loire Atlantique

Lettre ouverte de l’intersyndicale départementale des organisations de retraité.es de Loire Atlantique au Préfet

************************************************************
Dimanche 29/03/2020 - National

Face à la crise, la Sécurité sociale indispensable

************************************************************
Samedi 28/03/2020 - National

La solidarité commence par la taxation du capital et le paiement des impôts

************************************************************
vendredi 27/03/2020 - Loire Atlantique

LES MAISONS DE RETRAITE SONT A COURS DE MASQUES !

Le patron des patrons planqué au Croisic

************************************************************
Jeudi 26/03/2020 - Loire Atlantique et National

Ordonnances : le gouvernement déréglemente à tout va !

Salarié(e)s de l’aide à domicile en première ligne
************************************************************
Mercredi 25/03/2020 - Loire Atlantique et National

Les derniers de cordée font vivre la France

Covid 19 : Indemnisation des chômeurs, des mesures insuffisantes au service du mépris et de la réaction

************************************************************
Mardi 24/03/2020 - Loire Atlantique et National

Dans chaque entreprise, revendiquons la mise à disposition des masques disponibles pour les soignants

Covid19 : adaptation du dispositif d’activité partielle

Assurance chômage et coronavirus

************************************************************
Lundi 23/03/2020 - Loire Atlantique

Quelques affiches au sujet de la crise Covid19

Dans chaque entreprise, revendiquons la mise à disposition des masques disponibles pour les soignants

************************************************************
Dimanche 22/03/2020 - National

Covid19 : Quelle prise en charge des assurances ?

************************************************************
Samedi 21/03/2020 - région pays de Loire

Covid19 : la CGT écrit au Préfet de Région

************************************************************
vendredi 20/03/2020 - Loire Atlantique

AIRBUS veut déjà faire payer la crise par ses salariés !

Covid19 : le point avec la Cgt Man

Communiqué CGT Navale / Chantiers de l’Atlantique St-Nazaire

************************************************************
jeudi 19/03/2020 - National

La santé des citoyens et du monde du travail d’abord !

Indemnités journalières de la sécurité sociale (IJSS) en cas d’isolement, de maintien à domicile et pour les parents en garde d’enfants

************************************************************
mercredi 18/03/2020 - Loire Atlantique

Covid 19 : communiqué des Unions Départementales CGT, FSU, FO et Solidaires de Loire Atlantique

Se protéger du Covid-19 au travail : droit de retrait et d’alerte des salariés

Crise Sanitaire : COVID 19 La Poste néglige son personnel et les usagers

L’assurance maladie a mis en place le téléservice « déclare.ameli.fr » pour permettre aux employeurs de déclarer leurs salariés.

Suite au renforcement des mesures visant à prévenir la propagation du virus, le Haut Conseil de la Santé Publique a rendu un avis établissant des critères de vulnérabilité et permettant d’identifier des personnes dont l’état de santé conduit à les considérer comme présentant un risque de développer une forme sévère de la maladie. Il s’agit des critères suivants :
 Femmes enceintes
 Maladies respiratoires chroniques (asthme, bronchite chronique…)
 Mucoviscidose
 Insuffisances cardiaques toutes causes
 Maladie des coronaires
 Antécédents d’accident vasculaire cérébral
 Hypertension artérielle
 Insuffisance rénale chronique dialysée
 Diabètes de type 1 insulinodépendant et diabète de type 2
 Les personnes avec une immunodépression : pathologies cancéreuses et hématologiques, transplantations d’organe et de cellules souches hématopoïétiques, maladie inflammatoires et/ou auto-immunes recevant un traitement immunosuppresseur, personnes infectées par le VIH
 Maladie hépatique chronique avec cirrhose
 Obésité avec un indice de masse corporelle (IMC) égal ou supérieur à 40

Conformément aux décisions gouvernementales, ces personnes doivent impérativement rester à leur domicile, en arrêt de travail, si aucune solution de télétravail n’est envisageable.

Afin de faciliter les démarches des personnes concernées, et de ne pas mobiliser les médecins de ville pour la délivrance de ces arrêts, l’Assurance maladie étend, à compter du 18 mars, son téléservice de déclaration en ligne, declare.ameli.fr à cette nouvelle catégorie d’assurés. Les personnes, dont l’état de santé le justifie, pourront ainsi se connecter directement, sans passer par leur employeur ni par leur médecin traitant, sur le site d’ameli pour demander à être en arrêt de travail pour une durée initiales de 21 jours. Cet arrêt pourra être déclaré rétroactivement à la date du Vendredi 13 mars Un arrêt de travail leur sera délivré sur cette base, une fois effectuées les vérifications nécessaires par le service médical de l’assurance maladie. Cet arrêt de travail sera à communiquer à votre service RH par email.

Attention, ce téléservice de déclaration ne concerne pas des personnes présentant des symptômes du coronavirus ou infectée par cette maladie, ces derniers relevant d’un arrêt de travail prescrit par un médecin de l’ARS.

************************************************************
mardi 17/03/2020 - Loire Atlantique

La CGT 44 exige la fermeture immédiate des entreprises non essentielles à la gestion de la crise

Motion de soutien aux salarié.e.s du CHU

************************************************************

************************************************************
Lundi 16/03/2020 - Loire Atlantique

Nous constatons une grande irresponsabilité des employeurs face à la crise sanitaire, qu’ils soient du secteur privé ou public. Alors que les commerces, restaurants… sont fermés, que les rassemblements de plus de 100 personnes en milieu clos ou ouvert sont interdits, beaucoup de boîtes poursuivent l’organisation du travail comme si de rien n’était, et au mieux, mettent en place quelques mesurettes.

Notre santé vaut mieux que leurs profits : exigeons la fermeture de tous les sites non-nécessaires à la gestion de cette crise.

Comme l’on déjà fait de nombreux camarades, à la ville de Nantes, aux Chantiers de l’Atlantique, à Stélia (voir leurs tracts en pièces jointes)… mettons la pression sur nos directions pour que de vrais mesures soient prises.

Vous trouverez également dessous un communiqué du Ministère du Travail qui confirme une prise en charge de 100 % de l’activité partielle. Les patrons n’ont aucunes excuses, qu’ils ferment !

*************************************************************
Info du 16/03/2020 : national

Une réunion téléphonée a eu lieu ce matin entre Organisations Syndicales et la ministre du travail. Elle a affirmé qu’aucun licenciement ne serait validé dans la période. Ce sera surveillé par les DIRECCTE ou directement en interpellant le ministère par les Organisations Syndicales. Le chômage partiel concerne tous les salariés y compris les apprentis. Avec les annonces du 1er ministre samedi soir, il concerne 2 millions de salariés principalement commerce et restauration en plus des 110 000 déjà actés. Il sera à hauteur de 84% du net plafonné à 4 fois et demie du SMIC et remboursé sous 10 jours aux entreprises. Un système particulier avec les mêmes conditions sera appliqué aux aides à domicile et aux assistantes maternelles.

Pour ceux qui travaillent, le télétravail est obligatoire pour les métiers qui le peuvent estimés à 1 sur 3. Un arrêté ministériel a précisé ce matin des recommandations d’arrêt maladie pour les personnes à risques et en cas de garde d’enfants. Il n’y aura pas de jours de carence. Enfin, elle a annoncé le report des mesures « assurance chômage » du 1er avril au 1er septembre et la suspension des règles de contrôle et du manque de recherche effective d’emplois contre les chômeurs.

La CGT a demandé d’aller plus loin pour les chômeurs et précaires suite aux mesures du 1er novembre, la prise en compte totale des salaires pour le chômage partiel en faisant payer par exemple les assurances privées comme en cas de catastrophes naturelles.

Nous avons demandé de la souplesse dans les horaires en cas de retard pour cause de difficultés de transport. La réunion de CSE extraordinaire sans délai pour vérifier et faire appliquer des mesures de protection des salariés notamment dans le commerce, les services et les banques, donner des consignes en cas de télétravail pour les entreprises où il n’y a pas d’accord et dans tous les cas, un allègement des charges de travail particulièrement en cas de garde d’enfants. Nous avons demandé des aides également pour les CSE pour l’annulation des activités sociales et culturelles notamment en matière de vacances. Enfin, nous avons rappelé notre sens des responsabilités dans la période malgré notre opposition aux différentes réformes du gouvernement. Nous avons souhaité que le gouvernement fasse au minimum une trêve dans les réformes en cours.

La ministre a noté les demandes en précisant que des réponses précises seraient apportées et une réunion de ce type devrait avoir lieu très régulièrement (tous les 2 jours au minimum).

Les organisations syndicales devraient être réunies cette semaine par le 1er ministre.
*************************************************************

Covid-19 : des arrêts de travail simplifiés pour les salariés contraints de garder leurs enfants https://www.ameli.fr/assure/actualites/covid-19-des-arrets-de-travail-simplifies-pour-les-salaries-contraints-de-garder-leurs-enfants

*************************************************************
Au-delà, des conséquences sanitaires, l’épidémie de Coronavirus met, entre autres, en lumière le besoin de protection sociale et de lutte contre la précarité.

Les mesures d’interdiction d’événements publics avec des seuils de plus en plus bas, le ralentissement économique (et les mauvais choix accumulés de la globalisation qui l’amplifient) font que des milliers de travailleurs en contrats précaires ou faussement indépendants perdent ou vont perdre leur travail, partiellement ou totalement.

Les salariés permanents sont déjà victimes de pressions inacceptables et pour les CDD, intérimaires, intermittents, CDI à temps partiel, notamment pour les femmes, c’est à nouveau la double peine : des contrats sont annulés et leur accès aux droits sociaux, assurance chômage ou sécurité sociale, est menacé.

Ils payent des années de politique de flexibilisation et de précarisation des différents gouvernements, notamment via les réformes du Code du travail et la politique patronale de recours massif à toutes les formes d’emplois précaires.

Ils payent aussi le durcissement des règles d’assurance chômage : augmentation des seuils d’accès au 1er novembre 2019, baisse drastique de l’indemnisation au 1er avril 2020.

La CGT a construit, depuis plusieurs années, la revendication d’une sécurité sociale professionnelle, pour garantir le maintien du contrat de travail et du salaire. La crise nouvelle provoquée par le virus montre la nécessité de mettre en place cette sécurité sociale intégrale !

La CGT demande donc au gouvernement :

  • de garantir le paiement de tous les contrats de travail, y compris les CDD en cours ou prévus dans tous les secteurs concernés par les problèmes économiques ;
  • de renoncer immédiatement au décret du 26 juillet 2019 cassant les droits à l’assurance chômage au 1er novembre 2019 et 1er avril 2020 ;
  • de prolonger et étendre les droits à indemnisation du chômage des travailleurs privés d’emploi et/ou précaires ; de garantir les droits à indemnités maladie, en tenant compte des situations de perte d’emploi et en supprimant les seuils d’accès au droit.

contactez le comité précaires et privés d’emplois 44 : privesdemploi@cgt-nantes.com
*************************************************************

URGENCE SANITAIRE, URGENCE SOCIALE ET ARTISTIQUE : EXIGEONS DES RÉPONSES IMMÉDIATES DU GOUVERNEMENT !

Les mesures de confinement annoncées au fil des jours pour lutter contre l’épidémie de Coronavirus ont immédiatement des conséquences terribles sur le spectacle vivant, l’audiovisuel et le cinéma et sur les salariés qui travaillent dans ces secteurs. Tout indique que les mesures de restriction sur les lieux recevant du public vont encore se durcir au fur et à mesure de l’avancée de l’épidémie et qu’elles seront relativement durables.

Les spectacles s’annulent les uns après les autres, partout et sans notion de jauge, de nombreux lieux ferment. Les artistes et techniciens intermittents du spectacle perdent actuellement des contrats à un rythme qui s’accélère chaque jour.

Des techniciens intermittents de l’audiovisuel sont envoyés au front pour des reportages, sans bénéficier des mêmes mesures de protection que leurs collègues permanents.

Des mesures s’imposent de toute urgence :

  • - Mise en place d’un fonds d’urgence pour indemniser les entreprises et les salariés victimes d’annulations quels qu’en soient les motifs juridiques,
  • - Modification temporaire des décrets sur l’assurance chômage, notamment pour prolonger les droits en cours, voire prolonger la période de référence, jusqu’à la reprise de l’activité à son niveau d’avant la crise.

Nous avons déjà interpellé le ministère de la culture lundi 2 mars pour demander la mise en place de ces mesures.
Comme sur les retraites, le gouvernement n’apporte aucune réponse concrète à ce jour.

https://sfa-cgt.fr/ (artistes interprètes)
https://www.snam-cgt.org/ (artistes musiciens)

************************************************************

Coronavirus : garantir la santé des travailleurs face à une réponse sanitaire insuffisante

Dispositifs autour du coronavirus concernant les travailleurs
note du 4/03/2020

La progression du virus en France ainsi que les mesures sanitaires gouvernementales et patronales soulèvent de nombreuses questions pour les travailleurs. Tout d’abord, il est clair que le gouvernement utilise politiquement la question du coronavirus, en particulier pour faire avancer le projet de loi de réforme des retraites, délaissant largement l’enjeu de protection de la santé des salariés et des citoyens. Ensuite, sa réponse sanitaire est très insuffisante ; le Gouvernement semble en effet plus pressé de trouver des solutions pour garantir les intérêts du Patronat que ceux des travailleurs ou des citoyens. Et ses premières décisions démontrent une nouvelle fois son amateurisme et sa totale soumission au patronat : possibilité d’étalement des contributions patronales, recours à l’activité partielle, déclaration du « cas de force majeure » pour ne pas pénaliser les entreprises en cas retard de livraison, etc.

Face à un gouvernement qui méprise la santé et la vie des travailleurs et des citoyens, il revient aux travailleurs et à leurs syndicats de s’assurer que leur droit à la santé est bien garanti.

D’ores et déjà, lors de la réunion du 28 février au ministère du Travail, la CGT a demandé que l’éventuelle mise en place de mesures telles que télétravail ou activité partielle soient négociées en amont avec les représentants du personnel dans les entreprises.

Sans céder à un catastrophisme exagéré qui serait anxiogène et contre-productif il est indispensable d’informer les travailleurs des droits dont ils disposent. D’une entreprise à l’autre les situations sont très différentes. Lorsque l’employeur prend les mesures qui s’imposent il faut veiller à négocier au mieux les conséquences que peuvent avoir ces mesures sur les conditions de travail, la rémunération ou l’emploi. Lorsque ce n’est pas le cas et que la situation l’impose, les syndicats pourront passer à l’offensive, par exemple en organisant l’exercice de leur droit de retrait par les salariés. Il ne s’agit ni plus ni moins que de placer la santé des travailleurs au centre de nos préoccupations comme nous le faisons en toute autre circonstance.

Dans les revendications de mesures de protection des salariés, il convient de distinguer la situation des travailleurs selon qu’ils participent ou non à un service sanitaire, médical ou de première nécessité. Dans le cas où le travailleur ne participe pas à une telle activité, l’exposition au virus n’est pas admissible. En revanche, lorsqu’il participe à une telle activité, c’est plus la question des moyens de protection et d’accompagnement global du travailleur qui se posent.

Les principaux dispositifs auxquels les travailleurs peuvent être confrontés ou auxquels ils peuvent avoir recours sont exposés ci-après. Ils viennent pour l’essentiel d’une part des dispositifs prévus par le Code du travail et d’autre part du « Questions/Réponses » pour les entreprises et les salariés Covid-19 version du 28 février 2020 dans lequel les ministères de la Santé et du Travail détaillent la mise ne oeuvre de ces dispositifs 1.

Le virus et la réponse sanitaire

Le virus se transmet par les postillons (éternuements, toux). Un contact étroit avec une personne malade est nécessaire pour transmettre la maladie : même lieu de vie, contact direct à moins d’un mètre lors d’une toux, d’un éternuement ou une discussion en l’absence de mesures de protection. Aujourd’hui, le gouvernement annonce autour de 200 cas, personne ne sait comment la diffusion du virus va évoluer. Il est donc important de savoir ce que le syndicat peut faire face à l’employeur.

Le stade 1 de lutte contre l’épidémie prévoyait de freiner l’introduction du virus sur le territoire par exemple en plaçant en « quatorzaine » (durée d’incubation du virus) les personnes revenant de zones à risques.
Le stade 2, qui a été déclenché le 29 février, consiste à freiner la propagation du virus sur le territoire. Il s’agit de limiter la diffusion du virus par le brassage des populations par exemple par des mesures de « réduction sociale ». Le gouvernement a décidé d’adopter une politique de prévention plus stricte en matière de rassemblements : « tous les rassemblements de plus de 5000 personnes en milieu confiné seront annulés et les préfets recevront des indications pour annuler également, en lien avec les maires, les rassemblements, y compris en milieu ouverts, quand ils conduisent à des mélanges avec des personnes issues de zones où le virus circule possiblement ». À ce titre, par exemple, des événements en milieux ouverts ont déjà été annulés : le semi-marathon de Paris du 1er mars ainsi que le Carnaval d’Annecy du 6 au 8 mars.
Enfin, le stade 3 correspondrait à une circulation active du virus sur le territoire. Le gouvernement estime que « la vie du pays devra continuer et notre pays gèrera l’épidémie. La France s’appuie sur un système de santé efficace ».

1 Questions/Réponses pour les entreprises et les salariés Covid-19 version du 28 février 2020 (ministères de la Santé et du Travail) : https://travail-emploi.gouv.fr/IMG/pdf/coronavirus_entreprises_et_salaries_q-r.pdf

Le gouvernement interdit donc les grands rassemblements en milieu confiné, et au cas par cas, autorise les préfets à interdire les rassemblements en milieu ouvert, donc notamment les manifestations contre le projet de loi retraite. Mais dans une économie complètement ouverte avec des déplacements locaux, régionaux, nationaux et internationaux, comment croire que le déplacement quotidien de salariés présente moins de risque qu’un déplacement à une manifestation régionale, à un salon professionnel ou à un carnaval ?

Droit spécifique aux IJSS en cas de mesure d’isolement

Un décret 2020-73 du 31 janvier 2020 (JO du 1er février), prévoit des dérogations aux conditions d’octroi des indemnités journalières (IJSS) pour maladie pour les « personnes faisant l’objet d’une mesure d’isolement du fait d’avoir été en contact avec une personne malade du coronavirus ou d’avoir séjourné dans une zone concernée par un foyer épidémique de ce même virus ».

Travailleurs concernés

Les conditions dérogatoires prévues par le décret s’appliquent aux salariés dans l’impossibilité de travailler en raison d’une mise en « quatorzaine » : mesure d’isolement, d’éviction ou de maintien à domicile. C’est l’Agence régionale de santé (ARS) qui est chargée d’identifier les assurés concernés. Le médecin de l’ARS leur délivre l’avis d’interruption de travail et se charge de le transmettre à la caisse d’assurance maladie ainsi qu’à l’employeur.

Conditions dérogatoires d’octroi des IJSS

Dans ce cadre, les IJSS maladie peuvent être versées à l’assuré même s’il ne remplit pas les conditions de durée minimale de cotisations ou d’activité requises habituellement. De plus, les IJSS maladie seront octroyées dès le premier jour d’arrêt. En effet, le délai de carence de 3 jours n’est pas applicable. Enfin, les assurés placés en isolement peuvent bénéficier du versement des IJSS maladie pendant 20 jours maximum.

Interdiction d’accès à l’entreprise (sans télétravail)

Lorsqu’un salarié présente un risque particulier de contagion, si l’employeur ne peut pas adapter son poste en vue de limiter les contacts et si le télétravail n’est pas compatible avec l’activité, l’employeur peut demander au salarié de rester à son domicile (Q/R 14).

Dans ce cas, s’il n’y a pas d’arrêt de travail en bonne et due forme, le contrat de travail n’est pas suspendu et le maintien de la rémunération par l’employeur s’impose.

Le salarié peut prendre contact avec l’ARS, afin qu’un médecin habilité lui établisse, le cas échéant, un arrêt de travail pour la durée d’isolement préconisée (voir
paragraphe précédent). Le salarié bénéficiera alors des IJSS, ce qui diminuera la prise en charge financière de l’employeur. Attention, si le salarié ne bénéficie pas d’un maintien de salaire de l’employeur en complément des IJSS (se reporter à la convention collective ou à l’accord d’entreprise) il n’a pas intérêt à solliciter le bénéfice de ces IJSS.

Télétravail

Pour le gouvernement, le télétravail est la solution à privilégier lorsque cela est possible (Q/R 11 et 12). Il est ainsi conseillé à l’employeur d’organiser la mise en place du télétravail lorsque cela est possible, pendant les 14 jours suivant le retour d’un salarié d’une zone à risque ou ayant été en contact avec une personne infectée.

Les entreprises dotées d’un accord collectif ou d’une charte sur le télétravail pourront s’appuyer dessus pour adapter leur organisation.

Le salarié doit en principe donner son accord. Mais il existe une exception prévue à l’art. L. 1211-11 du Code du travail qui permet de se passer de cet accord en cas de risque épidémique. En l’occurrence, le ministère estime que le risque d’épidémie lié au coronavirus est un motif légitime d’imposer le télétravail (Q/R 11 et 12). Donc, dans ce contexte le salarié ne peut pas refuser d’effectuer du télétravail.

En pratique, il ne sera pas toujours facile d’improviser le télétravail, en particulier contre le gré du salarié. Rappelons que l’employeur doit fournir le matériel nécessaire (ex. : ordinateur, connexion internet, etc.) et que le salarié doit disposer des conditions de concentration nécessaires à la réalisation de son travail, ce qui ne se décrète pas. Le télétravail ne devrait jamais être imposé au salarié.

Obligation de déplacement des congés payés

Selon la position du gouvernement, l’employeur peut déplacer des congés déjà posés par le salarié sur une autre période à venir pour couvrir la période de « quatorzaine », compte tenu des circonstances exceptionnelles prévues par l’article L. 3141-16 du Code du travail. Cette position est étonnante à partir du moment où un décret a justement été pris pour permettre aux salariés de bénéficier des indemnités Journalières en cas de « quatorzaine ». Le syndicat dans l’entreprise devra veiller à ce que le déplacement des congés payés soit utilisé en dernier recours, si aucune autre solution n’est possible. De même, si certains jours de RTT sont librement fixés par l’employeur dans l’entreprise, celui-ci peut modifier leur positionnement en cours de période, dans le respect du délai prévu par l’accord collectif (Q/R 13).
En revanche, si le salarié n’a pas posé de congés payés, l’employeur ne peut les imposer.

Activité partielle

Le dispositif d’activité partielle peut être sollicité par les entreprises dans le cadre de circonstances à caractère exceptionnel, tels que la fermeture d’un établissement, l’absence massive de salariés indispensables, la baisse d’activité liée à l’épidémie, la réduction de l’horaire habituellement pratiqué, etc. (c. trav. art. R. 5122-1). Tout en restant liés à leur employeur par un contrat de travail, les salariés bénéficient d’une allocation (Q/R 20).

Le salarié placé en position d’activité partielle, ne doit pas être sur leur lieu de travail ou à disposition de l’employeur. Il perçoit une indemnité compensatrice versée par l’employeur. Cette indemnité doit correspondre au minimum à 70 % de la rémunération antérieure brute et peut être augmentée par l’employeur. En cas de formation pendant l’activité partielle, cette indemnité est portée à 100 % de la rémunération nette antérieure. L’employeur perçoit une compensation financière de la part de l’État.

En fonction de la situation de l’entreprise, il est possible de négocier un maintien total de la rémunération. Ce n’est pas aux salariés d’assumer les risques liés à l’activité de l’entreprise.

Droit de retrait du salarié

Danger grave et imminent pour la santé du salarié

En cas de danger grave et imminent pour sa vie ou sa santé, le salarié est en droit de suspendre son activité après avoir avisé l’employeur de ce danger (art. L. 4131-1 du Code du travail). Il suffit que le salarié ait un motif raisonnable de craindre pour sa vie ou sa santé pour qu’il déclenche la procédure de retrait (Cass. soc. 23 avril 2003, n° 01-44806, BC V n° 136).

L’appréciation se fait au cas par cas. Le Questions/Réponses du gouvernement souligne que peut être considéré comme « grave » tout danger susceptible de produire un accident ou une maladie entraînant la mort ou paraissant devoir entraîner une incapacité permanente ou temporaire prolongée et comme « imminent », tout danger susceptible de se réaliser brutalement dans un délai rapproché (Q/R 21).

L’employeur ne peut pas sanctionner le salarié qui exerce ce droit et ne peut pas cesser de lui verser sa rémunération (c. trav. art. L. 4131-3).

En cas de suspicion d’abus, le litige pourra être tranché a posteriori par le conseil de prud’hommes (qui sera le plus souvent saisi d’une demande de l’employeur ou du salarié relative au versement des salaires).

Mise en œuvre dans le contexte actuel

Le risque d’exposition au coronavirus permet-il au salarié d’exercer son droit de retrait ?

Le gouvernement considère de son côté que les possibilités de recours à l’exercice du droit de retrait sont « fortement limitées » lorsque l’employeur prend les mesures de prévention et de protection recommandées par le gouvernement :
- si l’exercice du droit de retrait est manifestement abusif, l’employeur pourra effectuer une retenue sur salaire ; par ailleurs, il pourra, selon le contexte, licencier le salarié pour cause réelle et sérieuse (Q/R 21) ;
- dès lors qu’un employeur suit les recommandations du gouvernement, le salarié ne peut a priori pas invoquer le droit de retrait au motif qu’un de ses collègues revient d’une zone à risque ou a été en contact avec une personne contaminée, en l’état des connaissances épidémiologiques à ce jour (Q/R 8).

Si un voyage professionnel est prévu dans une des régions à risque, le salarié peut exercer son droit de retrait (Q/R 7). Un salarié estimant qu’il y a un danger grave et imminent pour sa santé pourrait, exercer son droit de retrait pour ne pas s’y rendre, en s’appuyant sur les informations officielles qui incitent à remettre à plus tard tout déplacement dans ces régions.

Plusieurs remarques s’imposent. D’abord, le fait que l’employeur ne mette pas en œuvre les recommandations du gouvernement ou toute mesure adaptée est une circonstance favorisant la caractérisation d’un danger grave et imminent. Mais la réciproque n’est pas vraie. Ce n’est pas parce que l’employeur applique les recommandations du gouvernement que les salariés ne peuvent pas déclencher leur droit de retrait. Ensuite, le danger peut être caractérisé par une cause extérieure au salarié (ex. : locaux dangereux) ou être lié à son état de santé (ex. : allergie aux agents auxquels son poste l’expose ; Cass. Soc. 20 mars 1996, n° 93-40111, BC V n° 107). Ainsi, un salarié vulnérable au coronavirus (femmes enceinte, personnes âgées de plus de 60 ans, gros fumeurs, personnes asthmatiques ou connaissant des difficultés respiratoires) pourrait mettre en œuvre son droit de retrait beaucoup plus facilement. Notons que le droit de retrait concerne la situation du salarié. Le fait qu’il vive avec une personne particulièrement vulnérable au coronavirus ne permet pas d’invoquer le droit de retrait. Enfin, la position des ministères du Travail et de la Santé dans leur « Question/Réponses selon lesquels les possibilités de recours à l’exercice du droit de retrait sont « fortement limitées » lorsque l’employeur prend les mesures de prévention n’engagent qu’eux même. Le droit de retrait est un droit garanti par un article de loi et sous le contrôle des conseils de prud’hommes.

Les syndicats à l’offensive :
Le droit de retrait s’exerce individuellement par le salarié. Cependant, rien n’empêche qu’un syndicat organise le déclenchement du droit de retrait en ciblant les postes de travail exposés à un danger grave et imminent ou encore en ciblant les salariés particulièrement vulnérables.

Conscients des risques auxquels ils étaient exposés, et malgré le déni de leur direction et de leur ministère de tutelle, les salariés du musée du Louvre, en lien avec la CGT Culture, exercent leur droit d’alerte et de retrait depuis dimanche 1er mars.

Les représentants du personnel au CSE peuvent exercer un droit d’alerte en cas de danger grave et imminent. L’employeur est alors tenu de procéder à une enquête avec le représentant du personnel qui a lancé l’alerte et de prendre toute mesure qui s’impose. Avant que les salariés n’exercent leur droit de retrait chacun individuellement, il peut être utile que des membres du CSE lancent une alerte auprès de l’employeur. Cela rend le droit de retrait plus collectif. Cela peut permettre également de contraindre l’employeur à réfléchir à des solutions pour éviter les situations à risque.

Rôle des représentants du personnel

Les représentants du personnel et syndicaux peuvent exiger des employeurs qu’ils diffusent les informations sur les règles d’hygiène et de sécurité, qu’ils mettent à disposition du matériel de prévention et qu’ils procèdent au nettoyage des locaux lorsque cela est nécessaire.

Rappelons que l’employeur est tenu à une obligation de sécurité à l’égard des salariés. Il doit prendre les mesures nécessaires pour protéger leur santé. Il doit notamment les informer lorsque des risques se présentent et mettre en place les moyens adaptés pour les protéger au mieux (art. L. 4121-1 et L. 4121-2 du Code du travail).

Les représentants du personnel et syndicaux peuvent aussi revendiquer que les mesures prises par l’employeur soient négociées. Quand les mesures envisagées nécessitent une consultation du CSE ils doivent exiger d’être consulté dans les formes. Ils doivent également veiller à la bonne application des accords existants (ex. : accord de modulation du temps de travail, accord RTT, accord sur le télétravail)















Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.