samedi 24 juillet 2021

Non au pass licenciement, oui a la protection sociale !

mercredi 21 juillet 2021

Le chef de l’État a annoncé le 12 juillet une batterie de mesures dont l’instauration d’un pass sanitaire.

D’après les informations que nous avons cela se traduirait par l’obligation de présenter un pass sanitaire pour les salariés de différentes branches comme la santé, l’hôtellerie-restauration, les musées, les parcs d’attraction… Cette obligation leur serait faite dès la fin du mois d’août, alors même qu’il leur serait impossible de lancer aujourd’hui le processus vaccinal.

La CGT, favorable à une politique publique de prévention des risques, s’oppose à la contrainte exercée sur des salariés. L’OMS a d’ailleurs indiqué qu’il ne fallait pas aller sur l’obligation vaccinale.

En 2020 cela n’a dérangé personne de faire travailler sans protection des infirmières ou des caissières, qui avaient juste droit à des applaudissements à 20 heures sur les balcons. Il faudrait maintenant les sanctionner ?

Aujourd’hui, alors que la loi n’est pas votée, nous avons déjà connaissance de notes de services produites dans des entreprises informant les salariés de l’obligation prochaine de présenter un pass sanitaire, sous peine de se voir suspendus.

Le projet de loi prévoit en effet pour les salariés non vaccinés une suspension de salaire de deux mois avant un licenciement.

NOUS NOUS OPPOSONS FERMEMENT A CE PASS LICENCIEMENT TOTALEMENT DISPROPORTIONNE AU REGARD DE L’OBJECTIF A ATTEINDRE.

Nous rappelons que l’employeur n’a pas à connaître la situation vaccinale ou l’état de santé des salariés, ceci relevant du secret médical.

Au lieu de stigmatiser les soignants il faudrait en contraire en recruter.

Plutôt que de suspendre les salariés la CGT demande la levée des brevets sur les vaccins, seule manière d’atteindre l’immunité collective que le gouvernement prétend rechercher. L’immunité collective ne s’arrête en effet pas à la frontière du pays. Nous demandons également la suspension de fermetures de lits d’hôpitaux et un financement à la hauteur des besoins du service public de santé. Nous devons redonner à l’hôpital public les moyens nécessaires pour qu’il puisse assurer ses missions.

Ce coup de massue sur les salariés vient avec les attaques sur l’assurance chômage et la retraite, encore destinées à servir les intérêts du capital.

FACE AU PASS LICENCIEMENT, FACE A LA REFORME DE L’ASSURANCE CHÔMAGE, FACE A LA REFORME DES RETRAITES NOUS DEVONS NOUS RASSEMBLER ET NOUS MOBILISER CONTRE CES POLITIQUES DE CASSE SOCIALE, QUI N’ONT POUR BUT QUE D’ENRICHIR LES POSSÉDANTS.

Ne nous trompons pas de débat. Le pass sanitaire ne doit pas être une atteinte supplémentaire aux droits des salariés et détourner notre attention sur la casse sociale envisagée par le gouvernement. L’UL de Nantes vous invite à remonter les agissements de vos employeurs et à vous préparer à battre le pavé dès que possible.

Le combat commence maintenant !

Nous demandons le retrait de ce projet de loi inique. Ce n’est pas en culpabilisant les salariés que l’on viendra à bout de la pandémie de COVID.

Communiqué de l’Union Locale CGT Nantes















Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.