mardi 20 octobre 2020

Retraites/ Fond de pension

mardi 14 juillet 2020

Souvenons-nous : il n’y a pas si longtemps nous luttions contre une réforme des retraites entraînant une baisse programmée des pensions, l’insécurité et le développement de la retraite par capitalisation.

Le projet Macron n’est pas abrogé, mais suspendu... même si le gouvernement n’ose pas le remettre sur la table dans l’immédiat, nous devrons réenclencher la bataille pour défendre et améliorer nos droits.

Le projet du gouvernement programmait une baisse généralisée des pensions : en plafonnant la part du PIB consacré au financement des retraites à 14% alors que le nombre de retraités va augmenter dans les années qui viennent. De plus, en cas de crise, le PIB peut baisser : qui aurait pu prévoir en janvier que le PIB pourrait baisser de 11% cette année ?

De plus, avec le système à point toutes les années comptent, même les mauvaises, ce qui ferait automatiquement baisser les pensions. Ainsi, qui aurait pu prévoir une augmentation de plus d’un million de chômeurs de catégorie A en quelques semaines ?

Avec le système par points, les travailleurs qui aujourd’hui prennent de plein fouet la crise sociale seraient pénalisés une deuxième fois dans quelques années au moment de leur départ à la retraite.

Le projet de Macron avait aussi pour but de développer la retraite par capitalisation.

En baissant les pensions du régime par répartition, on pousse ceux qui en ont les moyens à capitaliser pour compenser.

Au-delà du fait qu’il reproduit et même accentue les inégalités sociales de la vie active, un système par capitalisation n’est pas sécurisé.

Ainsi, les actifs de Blackrock ont baissé de 1000 milliards de dollars au premier trimestre 2020. Que la valeur des actifs remonte aujourd’hui n’est pas le problème ; le problème est de remettre entre les mains des spéculateurs professionnels la retraite de toute une vie.

De plus, ces milliers de milliards de capitalisation ont une influence considérable sur l’économie réelle ; on ne pourra pas lutter contre la financiarisation de l’économie si le gouvernement décide de lui confier encore des centaines de milliards d’euros pour spéculer.

Des milliers d’usines ont fermé ces dernières années sur décision d’un fond de pension : Samsonite, Luxfer, Ontex, Delphi, Arjo-Wiggins Sécurité...

Enfin, le fond de pension peut lui-même faire faillite et disparaître et les pensions avec lui (y compris pour les travailleurs déjà à la retraite).

Le système actuel de cotisation par annuité et de solidarité intergénérationnelle, fondement de la sécurité sociale, est le meilleur pour maintenir le niveau de vie à la retraite.

Le principe de la sécurité sociale, c’est de protéger les travailleurs des aléas de la vie (chômage, maladie, vieillesse). Aléas individuels ou collectifs (crises, épidémies...) qui ne peuvent pas être prévus, c’est pourquoi un système de protection collectif est indispensable : la sécurité sociale en général et la retraite par répartition en particulier.















Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.