jeudi 29 septembre 2022

IHS - Cahier N°20 - Mars 2018

jeudi 1er mars 2018

Aller au numéro précédent. 20 - 21 - 22 | Hors-séries Aller au numéro suivant.
Tous les cahiers de l’IHS

L’année 2017 fut marquée par un profond bouleversement du paysage politique, avec l’affaiblissement des partis dits « traditionnels » et l’arrivée au gouvernement d’une équipe décomplexée. Mais avoir l’esprit dit d’ouverture, ne doit pas se limiter à satisfaire une petite population, déjà largement nantie par le grand capital. Les annonces fusent, les ordonnances tombent, nous vivons un grand mépris vis-à-vis du dialogue social, des organisations de salariés et des populations. La fortune sourit aux riches et la précarité s’étend.

Alors que nous allons dignement commémorer les luttes de 1968, qui ont permis de grandes avancées sociales, nos adversaires du capital vont les fêter à leur manière en proposant de revenir sur tout ce qui a fait progresser la société depuis des dizaines d’années. Tout est menacé, détricoté : Code du Travail, Comités d’Entreprises et Comités d’Hygiène et Sécurité au Travail, Prud’hommes, retraite, Sécurité Sociale, CSG, Fonction Publique et aujourd’hui le statut des cheminots.

Dans son livre Le Mai de la CGT, Georges Séguy constate que les événements qui se sont déroulés en mai et juin 1968 ne sont pas apparus comme « un coup de tonnerre dans un ciel serein ». Les luttes qui ont été menées au cours de l’année 1967, les politiques mises alors en oeuvre par le pouvoir gaulliste et l’évolution des rapports de forces entre acteurs sociaux préparent incontestablement l’explosion du printemps 1968.

Rappelons-nous que 10 ans avant, en 1958, le monde ouvrier se mobilisait contre « la dictature de De Gaulle ». Nous souhaitons nous attarder sur cette période et tous les documents et témoignages sont les bienvenus.

Pour l’IHS, il est important de donner à connaître ce moment de 1968 ; comment il est arrivé, qu’en reste-il et en quoi il peut-être utile aujourd’hui ? C’est pourquoi nous y reviendrons prochainement.

2018, c’est aussi, le centième anniversaire de la fin de la 1re guerre mondiale. Guerre pendant laquelle les femmes ont remplacé les hommes dans les usines. Cela n’a pas été sans conséquence sur le monde ouvrier par la suite et nous avons choisi d’y revenir.

Cela fait 10 ans que notre IHS existe, mais il nous reste encore tant à dire, à faire partager, à montrer, à débattre autour et sur notre histoire sociale.

A l’exemple de notre camarade Albert Labarre qui vient de nous quitter. À lui seul il a fait bouger et rencontrer tant de camarades, tant donné aux autres. Les métallos lui avaient rendu hommage en 2016 et nous avons choisi de rediffuser l’article que Jean-Luc Plumelet avait écrit à cette occasion.

Au revoir Albert, ton action demeure et ton engagement militant est un exemple pour nous tous, que nous nous engageons à poursuivre.

Marie-Claude Robin

Sommaire
PageTitre de l’articleAutrice ou auteur
2 Éditorial Marie-Claude ROBIN
3 à 9 L’autre front : les usines de guerre (1915-1918) Robert GAUTIER
10 et 11 L’institut d’histoire sociale CGT44 a 10 ans Marie-Claude ROBIN
11 et 12 Hommage à Albert LABARRE Jean-Luc PLUMELET

Document(s) annexe(s)

Pour tous renseignements : Communication IHS.


titre documents joints

Cahier N°20

9 août 2022
info document : PDF
1.2 Mo














Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.