dimanche 19 septembre 2021

Les commerçants de Loire Atlantique contre la liberté de manifester ?

vendredi 4 décembre 2020

« Deux associations de commerçants de Nantes et de Saint Nazaire, appuyée par Valérie Oppelt, députée de la République en Marche, ont demandé au préfet de Loire Atlantique l’arrêt immédiat des manifestations dans les »zones de commerce" au prétexte que celles-ci freineraient les achats de Noël ! A savoir que c’est plutôt un pouvoir d’achat en berne depuis des années qui empêche les citoyens de dépenser !

Pour autant cette volonté de porter atteinte à la liberté de manifester n’est pas nouvelle et ne date pas du Covid : dans les faits, depuis 2016 à Nantes, les manifestations sociales sont cantonnées à la portion congrue du Centre-ville.

Ces associations revendiquent « la liberté d’accueillir leurs clients et que les Français aient celle de faire leurs achats en toute sécurité »Avec le dernier cynisme, elles déclarent qu’elles sont « pour le droit de manifester mais surtout de pouvoir accueillir leurs clients ».

Ainsi la CGT réaffirme que le droit de manifester est un droit fondamental qui ne saurait être mis en concurrence avec les intérêts mercantiles de quelques-uns :

L’espace public ne saurait être confisqué par et pour des intérêts privés.

Face à une situation inédite d’atteinte aux libertés, à la démocratie et au déluge de lois et de mesures anti-sociales, la CGT défendra plus que jamais le droit de manifester dans nos rues. Nous réaffirmons ce droit pour tous y compris pour les salariés qui travaillent dans les commerces ; les patrons des commerces de leur côté ne se sont d’ailleurs pas privés ces derniers temps de manifester.

Nous rappelons également que ce n’est ni aux citoyens ni à la CGT d’assumer les conséquences des dérives en termes de maintien de l’ordre. Enfin, les crises et les difficultés que nous vivons ne sont pas l’apanage des commerçants des centres-villes de Nantes et de Saint Nazaire : elles frappent aujourd’hui de plein fouet des millions d’entre nous !

Non : la violence ne vient de la rue mais bien du patronat et de la politique anti sociale qu’il porte avec ce gouvernement. Quant au soutien affiché d’une députée de la REM à cette démarche, force est de constater que ce sont les mêmes qui votent des lois antisociales à l’Assemblée et participent activement à la casse de nos services de Santé, cause principale de la mise à l’arrêt du pays, qui souhaitent aujourd’hui interdire de manifester à leurs opposants dans les centres ville !

La CGT dénonce avec la plus grande fermeté cette tentative de privatisation de l’espace public et une atteinte inqualifiable à nos droits démocratiques.

Union Locale CGT Nantes















Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.