32H00 ou chômage de masse ?

lundi 27 avril 2020

La crise actuelle est l’occasion de revoir un grand nombre de choses en matière économique.

Nous vivons une expérience inédite de réduction du temps de travail collectif et pour l’instant, les activités essentielles sont assurées.

Dans une perspective post crise, posons-nous à nouveau la question du partage du travail.

  • Pourquoi financer le chômage partiel plutôt que la réduction du temps de travail ?
  • Qu’est-ce qui est le plus efficace socialement et économiquement ?

Dépenser 20 milliards chaque année pour le CICE sans créer d’emplois n’est qu’une prime aux dividendes. 20 milliards, c’est 666 000 emplois à plein temps (base 30 000 € bruts annuels). Si cet argent est réaffecté pour aider au passage aux 32H00, ce sont potentiellement plusieurs millions d’emplois qui peuvent être créés.

Aujourd’hui, ce n’est pas le travail qui manque, c’est la volonté de payer pour ces emplois.

Il faudrait par exemple prioritairement renforcer l’emploi dans le secteur sanitaire et social. Le Covid19 aura mis en pleine lumière le désastre d’une gestion déshumanisée de nos ancien ·e s dans les Ehpad, faute d’emplois.

Réorienter l’économie, c’est favoriser l’emploi !

La crise sanitaire autour de la pandémie Covid19 va fortement impacter nos économies. La crise économique était latente avant même la pandémie mais le Covid19 aura été le détonateur d’une nouvelle crise majeure du capitalisme. Si nous ne reprenons pas l’offensive, si les mêmes qui sont responsables de toutes ces crises gèrent l’après crise sanitaire et donc la crise économique, nous pouvons déjà prédire que nous aurons des millions de chômeurs supplémentaires !

Il y a donc urgence de changer de logiciel !

Partage des richesses et partage du travail sont les deux faces d’une même pièce.

32 heures : pourquoi et comment















Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.