mercredi 28 octobre 2020

Le comité privé.es d’emploi de la CGT dénonce la répression

lundi 9 décembre 2019

À l’appel du Comité National des Travailleurs et Travailleuses Privé-es d’Emploi et Précaires (CGT TPEP), des dizaines de manifestations étaient organisées dans toute la France le 7 décembre. À Nantes, le rendez-vous était donné le 7 décembre à 14h au miroir d’eau.

Alors que débute un mouvement social d’ampleur contre la politique antisociale du gouvernement, et plus particulièrement son projet de casse du système de retraite solidaire, le comité TPEP de Nantes invitait à une convergence des diverses organisations politiques pour dénoncer ensemble le chômage et la précarité. La CGT interprofessionnelle 44, Force Ouvrière, la Fédération Syndicale Unitaire, Les Gilets Jaunes, Nantaises en lutte, Solidaires, la Vélorution et d’autres collectifs avaient répondu à l’appel pour rejoindre le rassemblement pour un défilé unitaire.

Nous nous sommes collectivement fait voler cette manifestation unitaire contre le chômage et la précarité, par ceux qui ont attaqué le cortège féministe qui devait nous rejoindre pour un défilé commun. Par les mêmes qui ont noyé le miroir d’eau sous les gaz avant que ne puisse se tenir l’ensemble des prises de paroles et avant même le début de la manifestation.

Notre message pour dénoncer la réforme de l’assurance chômage, la précarité de l’emploi, et la stigmatisation quotidienne des chômeurs et précaires n’a pu être entendu.

Le pouvoir en place tente de décourager toutes les mobilisations de militant·es ou de travailleurs et travailleuses en installant un climat de peur, voire de terreur. Cette répression est le recours systématique d’un pouvoir autoritaire, sourd aux revendications du peuple et refusant le débat démocratique.

Enfin, la police ne doit pas empêcher ni limiter la mobilisation d’une manifestation pour l’égalité, la justice sociale et la solidarité, par un déploiement de force coûteux, inapproprié, oppressant ou violent. Au contraire, la discrétion des forces de police et leur mise en retrait est un facteur qui favorise les manifestations pacifiques à Nantes.

Nantes, le 9 décembre 2019

Le comité CGT des travailleurs et travailleuses privé·es d’emploi et précaires de Nantes















Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.