Idée reçue « Il n’y a pas d’argent magique »

mercredi 23 octobre 2019

Véritable marotte des libéraux, cette petite phrase qu’ils répètent à l’envi ne repose que sur du vent.

« Y’a pas d’argent magique ! », répondait Emmanuel Macron à une soignante en avril 2018. Y’a « pas d’argent magique », expliquait Marlène Schiappa en septembre 2019.

Combien de fois avez-vous entendu la phrase suivante : « Il n’y a pas d’argent dans ce pays. » Sous-entendu, pour les services publics, les salaires, etc.

Mais d’où vient « l’argent », puisqu’il n’est pas magique ?

Sont-ce les entreprises qui créent la monnaie ? En vérité, on sait d’où il vient : du système bancaire qui crée la monnaie, et de la Banque centrale européenne (BCE) dans le cas européen, qui abreuve le système bancaire et financier de monnaie, et ce à partir de rien. Le 12 septembre 2019, Mario Draghi, le président de la BCE, a décidé de poursuivre un programme de rachat d’actifs aux acteurs financiers, à hauteur de 20 milliards d’euros par mois.

D’où vient cet argent ? Il est créé de toutes pièces. Magique !

Le vrai problème n’est pas la création d’argent (ce sont plusieurs milliers de milliards qui ont été déversés depuis 2008 pour faire face à la crise), mais ce qu’on en fait. Prenons un exemple simple : si je vous donne 100 € que je crée à partir de rien, et que vous décidez de l’épargner, que se passe-t-il pour l’économie ? Rien du tout ! Cette monnaie ne circule pas : elle « dort » dans votre poche.

Problèmes de circulation

La monnaie, c’est le sang du système économique. Et si le sang ne circule plus, les organes vitaux sont mis en difficulté. C’est exactement ce qui en train de se produire : les centaines de milliards créés par la banque centrale ne sont pas utilisés pour l’investissement productif, mais dorment dans les comptes des banques – qui ont trop peur de prêter – et dans les poches des investisseurs – qui préfèrent épargner.

Du point de vue budgétaire, et en conséquence de la politique de la BCE, les taux d’intérêt sur la dette publique sont aujourd’hui négatifs ! Pour le dire clairement, l’État gagne de l’argent s’il s’endette !

Où est dans ce contexte le problème de la dépense publique ? Il n’y a aucune justification, autre qu’idéologique, à ne pas mener un vaste plan d’investissement dont notre économie a bien besoin alors que le chômage reste à des niveaux élevés.

Nécessité d’investir

Le vrai problème n’est donc pas qu’il n’y a « pas d’argent » mais bien que personne ne sait qu’en faire. Seule une politique d’investissement massive soutenue par un pôle financier public en direction de la transition écologique est à même de répondre, comme préconisé par la CGT, à l’urgence sociale et environnementale.

L’argument de « l’argent magique » est une vieille marotte libérale pour forcer l’idée qu’il n’y a pas d’alternative au système économique tel qu’il existe. Il est grand temps de démystifier cette rhétorique qui ne révèle qu’une seule chose : l’incompétence complète de nos gouvernants sur les questions économiques.















Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.