Revitalisons la Sécurité Sociale

vendredi 6 mai 2016

En 2014, l’URSSAF (Union des Recouvrements de la Sécurité Sociale et des Allocations Familiales) des Pays de la Loire a encaissé 16,4 milliards d’€ auprès
de 311.458 cotisants (entreprises et travailleurs indépendants).

Ces 16,4 milliards au niveau régional représentent le montant de nos cotisations sociales qui sont une part indivisible et socialisée du salaire.

Ils sont prélevés sur le fruit du travail, particulièrement sur celui des salariés qui représentent plus de 91 % des emplois de la région.

Ce financement est l’élément majeur de la Sécurité Sociale car il conditionne l’ouverture Des droits des assurés sociaux et de leur famille.

A l’échelle nationale, la Sécu, c’est 23 % du PIB (Produit Intérieur Brut). Cela veut dire que près du quart de la richesse créée est collecté pour la Sécu afin d’être réparti pour les malades, les retraités, les veufs, les accidentés du travail, l’invalidité, les enfants, etc.

Dans le cadre de ce financement, les employeurs bénéficient de « mesures d’encouragement à la création d’emploi » communément appelées
exonérations de cotisations (ou baisse des charges sociales dans le langage patronal). Il faut remarquer que ces exonérations non compensées ne cessent de croître, elles représentent 48 milliards d’euros sur les 20 dernières années.

Un rapport du Sénat, en 2014, révèle que depuis 1980 les entreprises ont ont bénéficié de 372 milliards d’exonérations.

En 1980, les cotisations sociales représentaient 98 % des recettes, aujourd’hui seulement 58,4 %


Tract Sécurité Sociale














Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.