La Tribune de la Basse Loire - février 2016

lundi 22 février 2016

le journal de l’Union Locale CGT Basse Loire :

Édito :

ENSEMBLE POUR L’AVENIR INDUSTRIEL DANS LA BASSE-LOIRE

L’union locale CGT, avec ses syndicats, lance une campagne d’informations et de mobilisations en direction des salariés, des populations et des élus politiques (communes, département, région….).

L’industrie dans la Basse-Loire au travers des entreprises (Indret, Arcelor-Mittal, Bérylco, Edf Cordemais….) est la colonne vertébrale et le poumon de toute l’économie du territoire, car elle génère en amont et en aval de 5 à 7 emplois dans tous les secteurs qui la constituent, c’est un atout incontournable pour un avenir durable de l’économie locale et des communes en particulier pour répondre aux besoins des populations. L’industrie qui fait la vie dans nos territoires, ne peut qu’attirer l’attention de l’ensemble des salariés, des populations et des élus politiques. Mais la situation d’aujourd’hui est inquiétante quant au devenir des entreprises évoquées, qui sont et le seront davantage en grandes difficultés quant à leur pérennité, si les stratégies actuelles persistent. Les conséquences pour l’ensemble de l’économie de la Basse-Loire, pour les emplois, mais également au de la de notre territoire, seront catastrophiques.

• INDRET, entreprise de la défense nationale, est de plus en plus fragilisée dans ses capacités industrielles par l’entrée de capitaux privés et la politique du gouvernement qui dévitalise, au fil des années, le secteur de la production, les compétences, les savoirs et les savoir faire.

• ARCELOR-MITTAL est en grandes difficultés depuis la mise en œuvre du « plan gouvernement AYRAULT/ MITTAL du 30 novembre 2012 et qui se termine fin 2017 et après.. ?? Le transfert à Florange de son cœur de métier (le laminoir et le décapage), a fragilisé cette entreprise de pointe dans le fer blanc. La seule solution pour son avenir durable est le retour à INDRE de son cœur de métier.

• BERYLCO, cette entreprise Couëronnaise est également mise dans les difficultés par la stratégie financière de ses propriétaires, comme le sont d’ailleurs toutes les entreprises.

Aucune volonté industrielle et de recherche développement afin d’assurer et de pérenniser cette entité, n’est affichée par la direction. Le négoce domine, ce qui n’est qu’un facteur de fragilisation.

• EDF centrale de Cordemais : dans le cadre de la COP21, la direction laisse planer de grosses incertitudes quant au devenir de la centrale thermique. Pour la CGT les vrais enjeux énergétiques en France nécessitent de mettre au point des technologies pour réduire les émissions de co2 de la production d’énergie à base de combustible fossile. La CGT de la centrale s’investit dans un tel projet d’avenir, qui permettrait de créer à Cordemais des perspectives réelles d’avenir, afin d’assurer pleinement son rôle indispensable et incontournable dans la région du grand ouest. L’avenir énergétique en France, ne peut être basé uniquement que sur le développement des énergies renouvelables…

L’INDUSTRIE, L’ÉCONOMIE, C’EST DE LA POLITIQUE.

Depuis des années la CGT revendique une politique de développement industriel et de l’emploi, par filières industrielles, à partir des atouts existants au niveau des territoires. Mais depuis plus de 30 ans les politiques des différents gouvernements favorisent la désindustrialisation du pays, de notre territoire de la Basse-Loire et des bassins de Nantes/St Nazaire. Ce n’est pas ainsi que le développement économique et de l’emploi se fera en réduisant massivement un chômage sans précédent. Le rôle d’un état digne de ce nom, ne peut se limiter à subventionner et à faire des cadeaux fiscaux et sociaux aux entreprises, pour augmenter les profits et les dividendes des actionnaires.

L’INDUSTRIE AU CŒUR DU DÉBAT PUBLIC : Cette campagne que L’Union Locale entend mener avec tous ses syndicats et l’ensemble de la CGT relève de l’intérêt général, qui ne peut être qu’une affaire collective des salariés, des populations, des privés d’emploi et de tous les élus(es) politiques, car l’économie c’est de la politique.

Rémy TROADEC



La Tribune de la Basse Loire - février 2016














Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.