Où sont passés les millions ?

dimanche 14 juin 2015

Confrontés à un problème de « déficit de compétitivité » qui aurait conduit à la panne économique, les entrepreneurs du CAC 40 et du MEDEF se sont employés à en reporter la responsabilité sur le « coût du travail ».

La faute donc au coût d’un système social français jugé forcément « trop protecteur » et « trop onéreux ». Ce discours a été entièrement repris à son compte par le gouvernement et la réponse politique s’est traduite par le pacte de « responsabilité » : 50 milliards de réductions de cotisations sociales et de nouveaux crédits d’impôts comme le CICE !

Et en échange, Gattaz, patron des patrons, s’était engagé à ce que le patronat crée 1 million d’emplois !

Un an après, nous pouvons juger des effets de cette politique : pas de sortie de crise en vue et explosion du chômage ! Et quand on interroge M. Gattaz sur les emplois promis, il surenchérit en promettant 2 millions d’emplois en demandant de pouvoir licencier sans contrainte !!!!

Nous avons retrouvé la preuve de ses promesses sans lendemain !

Pour la CGT, déverser des milliards dans les caisses des entreprises, de manière indifférenciée entre TPE/PME d’une part, et entreprises du CAC 40 d’autre part, et sans exiger de contre parties,est plus qu’une erreur, une faute.

Pour la CGT, déréguler les droits des salarié-es (casse du droit du travail et attaques contre l’inspection du Travail) n’est pas une solution mais au contraire aggrave la situation macro économique.

Pour la CGT, il est urgent de s’en prendre au coût du Capital pour sortir de l’ornière de la financiarisation de l’économie. Dans ce cadre, la fiscalité peut et doit être un levier efficace.















Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.