Répression anti syndicale chez Enedis Pays de Loire

vendredi 12 octobre 2018

INCROYABLE ! Un nouveau conseil disciplinaire pour un militant CGT chez Enedis PDL !

Il aurait dégradé l’image de l’entreprise, en s’arrêtant avec un véhicule bleu (pendant son astreinte), pour récupérer une palette, (non consignée, valeur marchande = 2,5€) sur un parking ouvert de la zone d’Auchan. Précisons que notre collègue, client de ce magasin de sport, avait déjà eu par deux fois l’autorisation verbale de récupérer des palettes, car l’entreprise se débarrassait des palettes non consignées (économies au passage).

Hélas le gérant de ce magasin, qui s’était précédemment opposé à une distribution de tracts par des militants CGT de l’Union Locale de ST Nazaire, s’est plaint au directeur d’Enedis. Ce dernier et une grande partie de son collectif de direction, toujours atteints par les mobilisations des bases techniques de « Distribution » dont St Nazaire en juin dernier, ont donc décidé de s’appuyer sur ce courrier pour condamner à charge Denis Gouyette* (50 ans, 21 ans d’ancienneté, GF5 NR90), à rétrogradation en GF et NR.

*Denis est un militant CGT intègre, il défend le « service public de l’énergie » et s’engage pour faire respecter les droits des salariés. Il est délégué du personnel (DP) et secrétaire du CHSCT.

Pour être plus précis, la sanction proposée oscillerait entre le retrait d’ 1GF/2NR et 2GF/4NR. Les « grands juges du Codir Enedis PDL » n’ont pas encore donné le verdict définitif, ce ne sont que « leurs considérants » de la séance disciplinaire ! Il appartient au directeur de prendre la décision finale durant le mois à venir.

Rien que ces propositions sont inacceptables et complètement disproportionnées !!!

D’ailleurs, cette situation et cette intention de sanction tellement injustifiée, a conduit un membre du comité de direction de la DR Enedis PDL à nous interpeller pour dénoncer une dérive et un abus du management. Il nous a confié que face à leur incapacité à répondre aux différents cahiers revendicatifs, les directrices et directeurs de la DR veulent utiliser l’intimidation et donc ce type de sanction sur les militants pour faire peur aux agents et ainsi les contraindre à se taire. D’ailleurs ce cadre a pu constater que TOUS les représentants du personnel présents à la CS, après avoir écouté les faits et les échanges avec l’agent convoqué, ont demandé le classement sans suite du dossier !

Bilan comptable des sanctions proposées avec l’espérance de vie moyenne
en France pour un homme (83 ans) :
- 1GF et 2 NR (33ans x 13 mois x 100€) = 42 900€
- 2 GF et 4 NR (33ans x 13 mois x 178€) = 76 362€
Nous vous laissons juger et apprécier la disproportion et l’indécence de ces
montants, même si vol d’une palette il y avait eu ; Ça ferait cher la Palette !!! Nous l’appellerons alors la palette d’or !!!

D’autres sanctions pleuvent sur les militants CGT !

Depuis juillet :

  • - 80 courriers recommandés de menace à des agents syndiqués CGT d’Enedis
  • - 2 entretiens préalables avec avertissement pour deux militants CGT d’Enedis
  • - entretien hiérarchique de l’animateur régional CGT pour intimidation (Salariés d’Enedis)
  • - 3 convocations de syndiqués CGT d’Enedis au commissariat (dossier disparition-récupération de matériel informatique).

Suite aux actions de novembre-décembre 2017 pour la revalorisation des salaires, et des qualifications :

  • - RTE a adressé 3 avertissements (sans convocation) à des militants CGT RTE Ouest.

Bref, devant tous ces constats, noyés dans le démantèlement organisé de nos entreprises, du service public de l’énergie et de notre statut des IEG, cela nous amènent à conclure que nos Directeurs sont loin d’être à la hauteur des responsabilités qui leur sont confiées ! Ils n’en ont que faire du bon fonctionnement des équipes, des services et des entreprises. Et finalement leur seule préoccupation est bien d’anéantir celles et ceux qui luttent pour préserver notre modèle et les intérêts des usagers et des salariés.

En effet c’est bien cette direction qui :

  • - a supprimé les structures de proximité et les emplois techniques et tertiaires qui permettaient la satisfaction des collectivités, des entreprises et des usagers.
  • - est incapable d’anticiper les emplois et les compétences (cause de colère des salariés et d’exaspération des « clients » particuliers et professionnels.
  • - expose les sous-traitants aux risques des activités dangereuses sans formation, pour satisfaire une rentabilité financière à n’importe quel prix ! « Souvenez-vous, les primes de rendements qui expliquaient soit disant la baisse de notre intéressement ».
  • - dissimule régulièrement des accidents, et qui va jusqu’à bâillonner la médecine du travail.
  • - refuse d’intégrer les agents de l’antenne CMCAS dans le bâtiment central d’Enedis à Angers.
  • - s’octroie des augmentations de salaires indécentes, alors qu’ils nous demandent de nous serrer la ceinture !
  • - adapte les règles d’utilisations des véhicules bleus à la « tête du client » !

Et avec tout ça, c’est cette même direction qui ose parler d’image de l’entreprise et qui sanctionne démesurément un militant intègre ! Quelle honte ! Elle est belle l’image qu’ils donnent de nos entreprises nos directrices et nos directeurs !

Pour une fois, les directions ne se trompent pas ! Elles ont raison de craindre la juste colère des agents et de leurs représentants. Nous allons leur démontrer une nouvelle fois, qu’au dessus de leurs prétendues règles, ils subsistent le pouvoir de rétablir une justice sociale par l’action collective, la solidarité et le rapport de force !!!

« Nous voulons des réponses positives aux revendications de l’ensemble du personnel ».















Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.