Bulletin du Comité Régional CGT pays de Loire n°87 - octobre 2017

vendredi 3 novembre 2017

Salarié-e-s, retrait-é-e-s, privé-e-s d’emploi, toutes les raisons de se mobiliser sont réunies.

Les réformes se suivent et se poursuivent sur la même lignée que les Gouvernements précédents : remise en cause des acquis sociaux pour une grande majorité de la population et retour aux privilèges pour les plus riches.

Sans surprise, de rapports en rapports, le constat est sans appel : les inégalités sociales se creusent dans notre pays.

Alors que face aux défis démographiques, technologiques et environnementaux, la place, le rôle et l’organisation du travail devraient être réinterrogés pour entrer dans une nouvelle ère de progrès sociaux – c’est le sens, entre autres, de notre revendication pour un code du travail du 21ème siècle, ou pour une nouvelle réduction du temps de travail à 32h - les ordonnances MACRON renvoient les salarié-e-s des décennies en arrière, à une époque où le droit syndical n’avait pas lieu d’être sur les lieux de travail.

Placer l’entreprise au cœur des négociations, c’est renoncer au rôle protecteur de la loi et des accords de branche au bénéfice de la relation directe employeur-e-s/salarié-e-s, renforçant les pouvoirs des premier-e-s et plaçant les second-e-s sous leur pression directe. C’est répondre aux vieilles sirènes du patronat de libérer le travail pour encourager la concurrence des salarié-e-s entre eux, organiser le dumping social et baisser leurs droits.

Ces ordonnances trouvent toute leur place dans le projet libéral du tandem MACRON PHILIPPE.

Ainsi, le rapport annuel sur la France que vient de remettre l’OCDE (Organisation pour la Coopération et le Développement Économique) au Ministre de l’Économie, invite à aller plus loin. Il recommande de réduire la dépense publique. Non pas celle qui permet de livrer de véritables cadeaux aux entreprises, à l’instar des dizaines de milliards d’euros d’aides et exonérations fiscales et sociales, mais celle qui remet en cause notre modèle de protection sociale ou nos services publics en multipliant les politiques d’austérité et ouvrir ainsi aux acteurs privés des pans entiers de notre économie.

Permettre comme l’a proposé le Président de la République dans son intervention à la Conférence Nationale des Territoires en juillet, le droit de déroger à la règle sur les territoires avec la possibilité pour les Préfets de disposer d’un pouvoir d’adaptation des règlements ou pour les exécutifs régionaux d’adapter des normes juridiques aux réalités locales, c’est l’amplification de la mise en concurrence des territoires, le risque de nouvelles fractures territoriales. C’est, en quelque sorte, une inversion de la hiérarchie des normes à l’échelle de l’organisation territoriale de notre pays.

Ces quelques éléments confirment la nécessité de se mobiliser, ensemble, privé et public, population active et retraitée. Ils confirment la démarche de la CGT d’explications sur la cohérence des choix politiques, de mise en débat de nos propositions, au plus près des salarié-e-s, des privé-e-s d’emploi, des retraité-e-s.

La CGT a pris ses responsabilités en appelant à la journée d’actions du 12 septembre dès avant l’été et en fixant rapidement les suites avec le 21 septembre. Loin d’être isolée et grâce à son travail de terrain, ces journées d’actions ont rassemblé bien au-delà de nos forces syndicales. Ce fut le cas aussi avec la journée du 28 septembre à l’appel des retraité-e-s. Les journées d’actions du 10 octobre dans la Fonction Publique, du 13 octobre dans la métallurgie s’inscrivent dans le processus de luttes. Les convergences se construisent en combinant actions professionnelles, interprofessionnelles et ancrage sur les lieux de travail à partir des cahiers revendicatifs.

Le rassemblement le plus large des organisations syndicales reste notre objectif pour gagner l’engagement massif des salarié-e-s, des privé-e-s d’emploi, des jeunes, des retraité-e-s dans les prochaines journées d’actions pour s’opposer aux politiques libérales et revendiquer de nouvelles conquêtes sociales.
Francine DESNOS

  • * Édito
  • * Collectif régional jeunes
  • * Activité TPE
  • * SRADDET
  • * Communiqué de presse confédéral
  • * Lutte COUGNAUD
  • * La maltraitance en Anjou
  • * Convention TER Pays de la Loire
    Bulletin du Comité Régional CGT pays de Loire n°87 - octobre 2017














Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.