lundi 23 mai 2022

Combattre l’extrême droite, ce mouvement mortel pour notre démocratie

samedi 16 avril 2022

Hier comme aujourd’hui, les syndicalistes se doivent d’être dans l’action au quotidien contre la propagation des idées d’extrême droite. Au quotidien, dans le cadre du travail, mais aussi au sein de nos cercles amicaux et familiaux, la bataille des idées est rude face aux mensonges et thèses conspirationnistes qui se développent dans un environnement de néolibéralisme violent, de pandémie mondiale et maintenant de guerre.

La banalisation des idées d’extrême droite (ED) est donc un véritable fléau et c’est en partant du passé, de l’histoire sociale, de nos analyses et propositions que nous combattrons résolument l’extrême droite, ses idées, ses pratiques.

Il est donc nécessaire de faire savoir à quel point l’ED est dans le camp du capital : sa stratégie de charme envers les travailleurs en reprenant des thématiques sociales ne tend qu’à un objectif électoral.

Face à une mondialisation capitaliste sans règles environnementales et sociales justes, l’ED veut mettre en place un capitalisme national de taille moyenne en se gargarisant même d’être l’ennemi du grand capital et des « mondialistes et européistes ».

Rien à en attendre pour les personnes ne vivant que de leur travail. Leur ambition unique est la conquête du pouvoir et la mise en place d’un État fort – les questions programmatiques ont toujours été secondaires pour les fascistes.

Il suffit de regarder un de leur dernier vote au Parlement européen qui a adopté il y a quelques mois à une large majorité (443 P, 192 C, 58 A) des amendements qui améliorent grandement le projet initial de la Commission européenne sur les salaires minimaux en Europe : les votes du Rassemblement national (23 députés) sont édifiants avec 100 % du groupe RN qui a voté contre les amendements tout comme – leurs amis belges d’ailleurs !

Face à une ED dont le principal mouvement, le Front national, rebaptisé Rassemblement national en 2018, réussit à passer de 4,5 millions de suffrages aux présidentielles de 1995 à 10,6 millions au second tour des dernières présidentielles, la contamination par les idées d’extrême droite de nombreux électeurs atteint un niveau record depuis la chute du nazisme et la fin du pétainisme.

Malheureusement, les femmes issues des métiers précarisés et dévalorisés, à prédominance féminine, votent dorénavant autant pour les partis d’extrême droite que les hommes, ce qui renforce l’ambition de normalisation de ce parti. Leurs affiches démontrent aussi leur stratégie par le changement de ton, la disparition de leur logo, également du terme « Le Pen » et son remplacement par « ma France » avec le message positif « apaisé » et dernièrement un changement radical avec l’absence de la couleur bleue et du terme « France ».

L’actualité politique vient encore aggraver ce phénomène de popularité des représentants de cette extrême droite pétainiste, raciste et fasciste en la personne de Zemmour qui vient, lui, sur « le marché de l’ED » en reprenant les théories de Le Pen père ainsi que ses anciens amis et réseaux, mais aussi en attirant des élus du RN. Il développe la théorie du « grand remplacement », qui ne repose d’ailleurs sur aucun fait objectif mais bien sûr des émotions et une xénophobie et un racisme assumés.

LES QUESTIONS ÉCONOMIQUES ET SOCIALES, CHEVAL DE TROIE DU NÉOFASCISME

Les questions économiques et sociales pour le RN sont le coeur de l’ambition de normalisation du FN.

Mais attention, le fil conducteur est toujours la préférence nationale rebaptisée « priorité » nationale, avec comme fonds de commerce l’immigration, cause de tous nos maux et de nos soucis économiques et sociaux ! Qu’il y ait un, deux ou cinq millions de chômeurs, c’est toujours la faute des immigrés…

Ce vieux parti d’extrême droite joue la partition de l’opportunisme et de la démagogie pour aller chercher le vote populaire. Cependant, au-delà des slogans affichés qui peuvent apparaître comme sociaux, rien ne remet en cause les inégalités en pleine expansion dans la société française.

Prenons les salaires : la vieille recette libérale de l’exonération de cotisations sociales patronales est proposée, rien sur la hausse du Smic, rien en faveur de la réduction du temps de travail, rien pour de nouveaux droits pour les représentants des salariés…

Prenons la retraite : là non plus rien de progressiste, et il faudra bien bosser quarante ans pour obtenir une pension pleine, alors que les salariés ayant commencé à travailler à 20 ans ne sont pas majoritaires et de loin… et c’est là aussi une pirouette du RN qui, en voulant favoriser l’entrée précoce dans le monde du travail, ferme de fait la porte à la possibilité de s’émanciper, d’étudier, de parvenir à des métiers de plus haute qualification. Déjà que les enfants issus des classes populaires accèdent de moins en moins aux études supérieures, avec le RN c’est la reproduction assurée des inégalités de classe !

Quant à Reconquête, « circulez, il n’y a rien à voir » : ultralibéralisme sans concession et immigration sont au coeur des projets du parti de Zemmour.

La suite dans le document ci-joint :

4 pages extreme droite 2022














Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.