La farce des charges trop lourdes

jeudi 29 décembre 2016

Trop souvent sur le net, de grosses bêtises circulent. En voici un exemple avec "pour 100 € de salaires brut, l’État prend 110 €"

Exposé de l’ineptie :

Démontage :

On ne reviendra pas sur la validité des chiffres présentés (on pourrait revenir pourtant sur les trop nombreuses exonérations de cotisations sociales dont bénéficient les patrons, notamment sur les bas salaires ou le CICE et autres crédits d’impôts) ci dessus mais nous les reprenons tels quels pour assoir notre démonstration.

Tout d’abord un salarié n’est pas imposé sur ses revenus à hauteur de 30%, mais plutôt 7,5 % en moyenne... (la tranche à 30 % s’applique seulement au delà de 26 791 € de revenus annuels...)

Ce patron ne dit pas combien le salarié lui a rapporté en plus-value (profit...), mais d’après les chiffres de la comptabilité nationale, s’il lui a versé 100 € brut, il lui a rapporté 50 €... *

Au final, c’est le travail du salarié qui a généré une richesse d’une valeur de 200 € dans cet exemple :

  • - 50 € de profit pour le patron au titre qu’il est propriétaire des moyens de production (son capital, donc... du travail accumulé lors de cycles de production précédents...), mais de cela il ne dit rien...
  • - (150 - 70) = 80 € de salaire socialisé (salaire indirect ou protection sociale : sécurité sociale, assurance chômage, retraite,...)
  • - (70 * 7,5%) = 5,25 € d’impôt sur le revenu
  • - (70 - 5,25) = 64,75 € reste au salarié, et il est totalement malhonnête de déduire la TVA pour calculer son pouvoir d’achat, puisqu’il dispose bien de 64,75 € pour "acheter", (... il n’achète pas des marchandises au prix hors taxe ! ).

Tous ces petits calculs mesquins cachent encore et toujours que c’est le travail qui crée la richesse, et que le revenu du capital (les 50 € du patron), eux, sont le fruit de l’exploitation de la force de travail du salarié !

Le travail n’est pas un coût : au contraire, c’est la propriété privée des moyens de production qui constituent un coût pour la société (l’accaparement de la plus-value crée par le travail et appropriée à titre privé par les capitalistes).















Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.