mercredi 19 juin 2024

Intervention de la CGT 44 au rassemblement anti répression le 30 mars

vendredi 31 mars 2023

Depuis 2016, la CGT n’a cessé de dénoncer une stratégie du maintien de l’ordre de plus en plus répressive et violente à l’égard des manifestants et des opposants aux politiques de destruction des services publics, des droits et des libertés individuelles et collectives.

En septembre 2017, la répression touchait ici à Nantes nos camarades de l’union locale sud Loire qui essuyaient des tirs de LBD dans le camion syndical. Une répression judiciaire a accompagné ce déferlement de violence inédit contre notre organisation.

Dans cette période, les dirigeants de la CGT 44 avaient également été menacés en pleine rue par la BAC nantaise avec pour but d’intimider et de nous faire reculer dans notre détermination contre la loi travail.

La BAC n’a rien à faire dans nos manifs !

En 2020 nous dénoncions le racisme et les violences à l’égard des gilets jaunes ainsi que la hargne à nous faire passer, nous la CGT pour de dangereux terroristes, signe de fébrilité d’un pouvoir en manque de légitimité.

Aujourd’hui, rien n’a changé : c’est encore la force brute qui est utilisée contre les opposants à la réforme des retraites ; pensons aux matraquages à Donges, à ceux de mardi contre des camarades gilets rouge qui quittaient la manif et ont fini aux urgences, aux gazages des dirigeants de l’intersyndicale pourtant isolés en fin de manif mais aussi des attouchements sexuels qui font l’objet d’une enquête, aux fouilles préventives et aux intimidations qu’on nous remonte sans cesse. Sans parler de l’usage des grenades et des LBD.

C’est aussi la répression aveugle ce week end à Ste Soline contre les défenseur.es d’un modèle économique respectueux de la planète et des ressources au bénéfice du plus grand nombre. Celles et ceux qui protestent contre l’inaction climatique de l’Etat ont vécu dans leurs chairs une scène de guerre insupportable et choquante avec des pratiques odieuses de retard des secours notamment. Soutien aux blessés et aux personnes traumatisées !

L’usage disproportionné de la force, l’utilisation d’armes de guerre n’ont rien à faire dans le maintien de la paix : il est vrai que désormais on dit « maintien de l’ordre ».

C’est cette dérive que la CGT dénonce d’abord parce qu’elle aboutit à des blessures, des mutilations, des handicaps, voire des morts. La stratégie de la peur et de la tension vise à décourager les oppositions, à faire peur, à renoncer à manifester.

C’est l’expression d’un vrai mépris du pouvoir (et même d’une haine quand on entend Darmanin) contre les travailleuses, travailleurs, retraités, jeunes, précaires…contre toute la population qui a soif d’une vraie démocratie et qui rejette la violence insupportable du pouvoir.

La CGT continuera à dénoncer une police aux services exclusif d’un pouvoir qui s’enferme dans une logique mortifère et qui ouvre ainsi l’accès de l’extrême droite au pouvoir. Il faut un contrôle citoyen de la police sinon la présence policière continuera de faire peur alors qu’elle devrait rassurer et aider la population.

Halte aux violences policières, halte à l’usage des armes, Halte à la répression sous toute ses formes ! Et d’abord, finissons-en avec la BAC et la Brav M dans nos mobilisations !

***********************************************************

Plus de 4000 manifestants au rassemblement à la Préfecture de Nantes contre la répression ce soir sous la pluie. des témoignages, des expressions syndicales et politiques, des chants de la commune.















Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.