Communiqué de presse CGT navale

lundi 4 novembre 2019

Depuis 2016 le dossier de la vente des chantiers navals de Saint-Nazaire occupe le devant de la scène sans jamais aborder la situation concrète de ceux qui y travaillent.

Nous assistons depuis le début à des batailles rangées entre États interposés, Français et Italiens, pour soutenir leurs propres groupes industriels civils et militaires et nul ne sait vraiment quand l’issue aboutira et si elle aboutira.

Pour la CGT Navale, nous n’avons confiance ni en Fincantieri, ni en l’État français pour améliorer le sort des travailleurs du site. Et nous en avons l’expérience très concrète ces dernières années. Le même comité de direction se succède à lui-même quel que soit la nationalité de l’actionnaire depuis des années et participe pleinement à la dégradation du niveau de vie des travailleurs, malgré un carnet de commandes rempli.

La commission européenne aujourd’hui prend son temps pour examiner le dossier, demain il peut apparaitre d’autres points défavorables à la vente, dans tous les cas l’issue ne sera favorable aux travailleurs, que si nous sommes capables collectivement de défendre nos salaires et nos emplois au quotidien. Non pas parce qu’un scénario plus qu’un autre aboutira.















Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.