De qui se moque-t-on ?

lundi 9 mars 2015

A l’heure où des hôpitaux croulent sous le poids du remboursement des emprunts toxiques, où les fusions d’établissements à marche forcée conduisent à fermer les petites maternités ou des services pratiquant l’IVG, où les patients les moins fortunés restreignent leur accès aux soins, que fait l’Assurance Maladie ? En catimini, elle décide qu’elle va rembourser aux pharmaciens des honoraires de dispensation.

C’est quoi ce terme barbare me direz-vous ?

A compter du 1er janvier 2015, votre pharmacien vous facture 0,82€ pour la délivrance de chaque boîte de médicament remboursable, avec ou sans ordonnance. Si l’ordonnance comporte au moins 5 médicaments remboursables différents, il facture en plus un honoraire de dispensation dit « complexe ».

Dans le 1er cas, cet honoraire est remboursé dans les mêmes conditions que le médicament auquel il se rapporte (au même taux donc) et la part restante sera prise en charge par votre organisme complémentaire, si votre contrat le
prévoit. Dans le 2ème cas, il est pris en charge à 100 % par l’Assurance Maladie.

Voilà où va l’argent de nos cotisations !

Dans le même temps, nous apprenons que le nouveau patron de Sanofi va bénéficier d’une prime de bienvenue de 2 millions d’euros en prenant ses fonctions le 2 avril.
S’il est toujours là en janvier 2016, encore 2 millions d’euros. Son salaire annuel oscillera entre 3 et 4 millions d’euros et on lui attribue 220 000 euros de stock-options.

C’est une insulte aux salarié-es mais aussi aux utilisateurs de médicaments que nous sommes tous.

Remarquez, Sanofi peut lui payer ça, l’entreprise a perçu 150 millions de crédit d’impôt, a versé 3,7 milliards de dividendes et a racheté des actions pour 1,8 milliards.

Comment ? Gageons que le prix des médicaments et les 5 000 postes qu’elle a supprimé en 5 ans l’ont bien aidée.

Pas de chance, le parlement n’a que (mollement)
légiféré sur les retraites chapeaux, pas sur les primes
de bienvenue. On ne peut pas penser à tout !















Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.