Quand les pauvres enrichissent la banque !

mercredi 25 juillet 2018

Frais de banque et inclusion bancaire : 6,5 milliards de chiffre d’affaire pour les banques contre 6 millions de particuliers en difficulté financière...

Près d’un consommateur sur quatre dépasse tous les mois son autorisation de découvert. Les frais d’incident ainsi facturés génèrent 6,5 milliards d’euros de chiffre d’affaires pour les banques et aggravent les difficultés des consommateurs, y compris des plus vulnérables.

Face aux frais d’incidents bancaires , il faut d’autres réponses que celle présentées par le Gouverneur de la banque de France et le comité consultatif du secteur financier .

Les enquêtes menées par différentes associations et organisations (l’UNAF , Que choisir , l’Institut National de la Consommation, la fédération CGT Banque et assurances entre autres ) ont montré que les frais pour incidents sont en constantes augmentation , que ces frais sont imputés à des familles qui peinent à joindre les 2 bouts et que ce surcoût bancaire (qui peut atteindre des sommes très importantes en centaines d’euros) participe à l’endettement durable de ces ménages. Ainsi un consommateur sur quatre utilise son autorisation de dépassement.

En retour les banques réalisent sur le dos de ces particuliers 6 milliards de chiffre d’affaire !

La Fédération CGT Finances et la FD Banques et Assurances ont donc instamment demandé que soit introduit dans la loi :

  • un plafonnement global de l’ensemble des frais d’incidents bancaires pour que cessent les situations insupportables de cascades de facturation dont les conséquences pèsent aussi bien sur les consommateurs (privation matérielle, angoisse , sentiments de déchéance..) que sur les conseillers bancaires positionnés sans moyen d’y remédier (augmentation des incivilités , souffrance au travail ..)
  • une vraie politique pour prévenir les incidents bancaires.
  • Une observation plus efficace , plus suivie et plus fine des frais d’incidents bancaires .
  • Faire la transparence sur les pratiques de chaque banque pour les inciter à mieux servir les clients en situation d’exclusion bancaire . En rendant publiques et nominatives les données , le gouvernement pourrait à moindre coût , jouer sur l’effet de réputation et inciter les banques à mieux servir les consommateurs.

Nous attendons du gouvernement dans le cadre de la loi pacte qui sera prochainement débattue au parlement qu’il prenne des mesures ambitieuses permettant de protéger les personnes en situation de fragilité financière et de défendre le pouvoir d’achat de l’ensemble des salariés .

Dans le même temps, l’association de consommateurs INDECOSA-CGT lance une pétition contre les frais bancaires abusifs et demande au ministre de l’économie d’agir

Signez et faites signer la pétition.

https://www.petitions24.net/frais_bancaires_abusifs__il_faut_legiferer_pour_redonner_du_pouvoir_dachat















Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.