Mais que veut la CGT ?

mercredi 14 décembre 2016

Les syndicats CGT, au sein de la confédération, en territoire ou dans l’entreprise, construisent les revendications avec et pour les salarié-es, pour l’ensemble des salarié-es, de l’ouvrier au cadre, du privé d’emploi au retraité.

Force de propositions, la CGT se bat par exemple pour :

La CGT mène une réflexion de fond sur le salariat et ses évolutions.

Bref, le fond revendicatif de la CGT est à retrouver dans nos repères revendicatifs

En voici un exemple :

Pour un Développement Humain Durable, reconquérir et transformer le travail

La recherche du progrès social permanent nécessite de donner un autre sens au développement, maîtriser le présent et anticiper l’avenir, à partir des besoins humains aujourd’hui et demain.

Le développement humain durable est le cadre permettant d’aller au-delà d’une juxtaposition économie-social-environnement et de définir un autre type de développement.

La crise du système capitaliste dans sa phase actuelle, trouve ses origines dans l’exigence de rentabilité du capital et une gestion de l’économie favorable à ce dernier. Elle se caractérise par une financiarisation et une marchandisation des processus économiques et sociaux, une mise en concurrence exacerbée du monde du travail, la persistance du chômage de masse, une dégradation constante du rôle, de la place, des conditions et du sens du travail, générant un recul sans précédent des droits et des garanties collectives des salarié-e-s.

Reprendre la main collectivement sur le travail, sur sa qualité, c’est agir à la fois pour libérer les êtres humains de l’exploitation capitaliste et pour construire un développement humain durable, condition d’une véritable transformation sociale.

Replacer le travail et sa transformation au centre de notre démarche, c’est agir pour une autre façon de produire les richesses afin de les répartir autrement, pour mieux répondre aux besoins, en quantité et en qualité, pour plus d’égalité, de solidarité et pour plus de démocratie.

Les évolutions technologiques, en premier lieu dans le domaine du numérique, doivent être mises au service du progrès social pour toutes et tous, de l’amélioration des conditions de vie et de travail des salariés, dans un cadre où le travail acquiert pour finalité la réponse aux besoins.

Le contenu, le sens, les finalités et l’organisation du travail doivent permettre de repenser notre relation à l’environnement, nos actions pour le vivre ensemble indispensable à la survie de notre planète et d’œuvrer à une démarche revendicative de promotion de la santé portée par la remise en cause des logiques curatives.
Il est donc essentiel de donner un autre statut au travail que celui d’aujourd’hui, marqué par la subordination à l’employeur.

Nous proposons de construire un nouveau statut du travail salarié, socle de droits attachés aux salariés et transférables d’une entreprise à l’autre, afin que tout-e salarié-e ait du début à la fin de sa carrière professionnelle un droit à continuité et progressivité de salaire, de carrière, à un continuum de formation, même s’il change d’entreprise ou de branche et quel qu’en soit le motif.

L’indispensable soutien à la croissance et à l’emploi suppose de s’attaquer à la croissance financière et de créer les conditions d’un nouveau type de productivité.

Pour cela cinq objectifs déterminants :

  • • disposer de services publics performants ;
  • • une politique industrielle et des investissements massifs, publics comme privés pour développer les capacités productives : recherche – développement, qualification et formation des salariés, infrastructures… ;
  • • un système fiscal qui réduise les inégalités, pénalise la financiarisation et incite les entreprises à accroître leurs investissements productifs ;
  • • un système financier pleinement au service de l’emploi et de la croissance ;
  • • une réforme de fond du mode de contribution sociale des entreprises.

Le développement des solidarités entre les êtres humains, notamment intergénérationnelles, au niveau local, régional, national, européen et planétaire, est au centre du développement humain durable.

Repenser notre relation à l’environnement (économique, social, écologique) fait partie de notre projet social, centré sur le travail pour agir et le transformer. Connaître le travail réel, c’est donner le pouvoir et la capacité d’agir aux travailleurs. Cela concerne au premier chef le travail et les salariés.

Le développement humain durable par la transformation du travail constitue l’ossature de nos repères revendicatifs.















Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.