Communiqué du Centre Hospitalier de Blain

mardi 3 novembre 2015

Depuis plusieurs mois, l’intersyndicale CGT/SUD est mobilisée contre le plan de
restructuration décidé par l’ARS et la Direction du CHS de Blain. Ce plan va entrainer des suppressions de postes, des fermetures d’unités, une diminution de l’offre de soin, et une atteinte à nos missions de service public.

Plusieurs actions ont eu lieu sur des journées de grève sans que pour autant elles n’aboutissent à des négociations. Au contraire, le président du conseil de surveillance, Mr Verger, a décidé de délocaliser le conseil de surveillance du 23 octobre 2015 à la sous-préfecture d’Ancenisafin de ne pas être à nouveau « bloquer » par un mouvement du personnel.

Par ce communiqué, nous souhaitons rappeler à Monsieur le Président du conseil de surveillance, que d’exercer son droit de grève dans la fonction publique hospitalière implique l’obligation de continuité de soins, avec des agents assignés. Par ailleurs, nous constatons que lors de notre dernier mouvement de grève la loi n’a pas été respectée, article L.521-2 à L521-6 du code du travail, qui stipule que « Pendant la durée de préavis, les parties sont tenues de négocier ».

L’application de la loi vaut pour tous, l’intersyndicale CGT/SUD respecte la loi en rédigeant systématiquement un préavis de grève 5 jours avant ses actions, délai imparti aux négociations.

Cette décision de délocaliser cette instance illustre la volonté de ne pas rencontrer les agents ni de dialoguer avec eux, sur le devenir du Centre Hospitalier Spécialisé de Blain.

De plus, nous ne tolérons pas les propos diffamatoires tenus à notre encontre lors du conseil de surveillance du 23 octobre 2015 par le président du conseil.

Y’a-t-il encore un espace de dialogue social au CHS de Blain ?















Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.