motion du Centre Hospitalier Spécialisé de Blain

lundi 26 octobre 2015

L’ensemble des hôpitaux est dans la tourmente ! Ci dessous, la motion CGT des personnels de l’hôpital de Blain au conseil de surveillance du 23 octobre.

MOTION EN LECTURE DU CONSEIL DE SURVEILLANCE DU 23 OCTOBRE 2015

Selon Lucien BONNAFE : « ON JUGE DU DEGRÉ DE CIVILISATION D’UNE SOCIÉTÉ, A LA MANIÈRE DONT ELLE TRAITE SES MARGES, SES FOUS ET SES DÉVIANTS. » Un monde sans fous. Philippe Borrel Champ Social Éditions 01/04/2010.

Dans un contexte de sur occupation permanente de patients au Centre Hospitalier Spécialisé de Blain (CHS). D’une carence de psychiatres libéraux, de structures médico-sociales dans notre sectorisation.

D’une baisse constante de la Dotation Annuelle de Financement (DAF) depuis plusieurs années, (argent attribué par l’Agence Régionale de Santé (ARS) aux établissements de santé publics).

Du gel du point d’indice salarial du fonctionnaire depuis 2010 et ce jusqu’en 2017. De 3 milliards d’économie d’ici 2017 pour les hôpitaux publics, avec 22000 suppressions d’emplois.

D’un CHS en comité de « Transformance » (depuis plusieurs années) avec un récent audit mené par l’ARS qui définit plusieurs orientations pour transformer, modifier, supprimer l’existant. Sur un plan général, le directoire élargi de notre établissement, réuni le 5 juin, a déclaré être en phase avec les conclusions de l’audit appelé« diagnostic partagé » dont les axes majoritaires sont :

>Développer une offre de soins ambulatoire et extrahospitalière recentrée sur nos missions, prenant en compte les territoires tout en étant compatible avec nos moyens : (92% de notre activité actuellement.)

>Repenser l’offre de soins intra hospitalière. (Durée Moyen Séjour, DMS), Durée Long Séjour <292 jours (quels sont les critères ?), le devenir de nos médiations ?

>Développer des solutions permettant d’améliorer l’aval de l’hospitalisation. (Le travail en réseau qu’en est-il ?)

>Au regard de l’évolution de l’offre de soins intra hospitalière, conduire une réflexion sur l’organisation de l’équipe de nuit.

>Effectuer une recherche d’efficience dans tous les secteurs d’activité de l’établissement.

Les conséquences avec « la réalité du CHS de Blain »

=> Suppression de CMP (Guémené Penfao récemment) par manque de temps médical, limitant une offre de soin de proximité dans une zone de couverture dite « rurale » avec les contraintes de déplacements que cela supposent.
Cette couverture du nord de la Loire Atlantique (excepté Saint Nazaire) représente plus de 300 000 habitants (recensement janv. 2015)

=>Licenciements de 25 postes Equivalent Temps Plein (ETP). Combien d’agents sont concernés réellement ? (1er employeur de la région blinoise). La CGT interroge la position de nos élus…

=>L’auto remplacement du personnel en cas de congé : annuel, de formation, de droit, maladie ... (Avec des conséquences psychiques et physiques sur nos agents.)

=>Allongement des délais d’attente pour obtenir un RDV en Centre Médico Psychiatrique (CMP) adulte et enfant, malgré un projet d’établissement 2012-2017 qui place le CMP comme pivot du soin.

=>Offre de soin repensée de façon à limiter la spécificité psychiatrique. Suppression Unité Transitionnelle à l’Hospitalisation Intersectorielle (UTHI), malgré une offre de soin permettant d’assurer l’alternative à l’hospitalisation. Suppression, au détriment de l’Hôpital De Jour (HDJ) /Centre Activité Thérapeutique Temps Partiel (CATTP) pour adolescents. Déplacement des moyens malgré une demande justifiée.

=>L’Hôpital de demain pensé comme une offre de soin sans moyen avec une trop grande multitude de souffrances non traitées. Quelles réponses à donner aux patients face à l’augmentation des errances sociales, des pathologies ?

=>Une prévention maintenant quasi inexistante avec des demandes de soins que l’on est obligé de classer par ordre de priorité... réponds t’on toujours à une mission de service public ?(Avec des passages à l’acte de personnes souffrantes faute de prises en charge de l’institution)

=> Modéliser le Centre Hospitalier Spécialisé sur un Centre Hospitalier (CH) en MODIFIANT NOTRE OUTIL DE SOIN. Pour le CHS, ce sont les Activités Thérapeutiques Intersectorielles (ATI), qui permettent d’extérioriser les patients avec des intervenants repérés en dehors des services. Une Suppression de l’équithérapie sur l’intra hospitalier et un redéploiement du temps ergothérapie sur l’institution, ainsi qu’une transformation de la sociothérapie.

=> Des tensions avec les urgences des différents hôpitaux du département du fait de la sur occupation de notre hôpital.

Devant tous ces constats, la CGT demande une expertise en Commission d’Hygiène et de Sécurité sur les Conditions de Travail (CHSCT), pour apporter des réponses satisfaisantes aux agents. Ces transformations imposées, dans la nécessité d’un retour à l’équilibre, surexposent les professionnels du CHS de Blain au risque grave d’insécurité psychique et physique, avec des burn out de plus en plus fréquents et des gros risques de passage à l’acte.

Notre établissement de santé a la responsabilité de prendre soin de nos agents. La direction doit mettre en œuvre les préconisations pour diminuer ce risque. Sinon les répercussions organisationnelles, économiques et humaines pour l’établissement seront indéniables .

En voulant faire des économies, le coût social, pourrait finalement s’accroitre dangereusement. Nous ne voulons pas de situations identiques comme à la Poste, France Télécom, entreprise Renault (pour ne pas les citer).

Il est nécessaire de rappeler que les personnels et les patients du CHS de Blain ont déjà beaucoup trop perdu depuis 2008 pour diminuer le déficit : acquis sociaux, suppression de postes ( pôle gestion, ASH), ralentissement du déroulement de carrière, fermeture de CMP adultes (La Chapelle sur Erdre, Guémené Penfao) et enfants (Nort sur Erdre), fermeture de l’unité d’addictologie (OASIS), transformation de la blanchisserie, transformation du temps infirmier, une pharmacie gardée en l’état depuis la création de l’hôpital…

Malgré cela, l’ARS continue de demander à notre direction de participer activement au démantèlement de l’outil de soin « qu’est le Centre Hospitalier Spécialisé (CHS) de BLAIN ».

L’ARS réinterroge les pratiques médicales. A ce propos, un praticien hospitalier en service de médecine du CH de Guérande a réagit par une lettre ouverte, que vous avez reçu, madame le ministre.

« Il en veut à ses professeurs qui ont oublié de le former à l’économie de santé, qui au lieu de lui enseigner l’intérêt du rapport coût /profil de la prise en charge d’un client, lui enseignaient l’analyse du rapport bénéfice /risque d’un traitement pour le patient. » Et notre projet médical à nous ?

La CGT veut conserver l’univers médical mettant en avant la spécialité psychiatrique et développant la richesse de la pluridisciplinarité pour notre hôpital.
900 employés environ à ce jour, pour une démographie en évolution croissante (+12500 hab/an en Loire Atlantique). C’est cela le CHS de Blain.
Nous refusons de perdre la spécificité psychiatrique, de diminuer l’offre d’emploi de proximité, de limiter l’offre de soin en santé mentale...


Nous voulons pérenniser
notre budget annuel de fonctionnement pour construire le projet d’établissement conformément aux décisions prisent en instance.

Nous maintenons le fait que
les agents du CHS de Blain adaptent en permanence leur fonctionnement pour assurer de façon efficace leurs missions de service public.

Nous sommes tous concernés par le devenir de nos établissements hospitaliers. Le maintien d’une qualité de soin passe par une prise de conscience collective :

ENSEMBLE CONTINUONS. STOP A L’AUSTÉRITÉ. OUI A LA REDISTRIBUTION BUDGÉTAIRE POUR L’ENSEMBLE DE NOS HÔPITAUX. NOTRE SYSTÈME DE SANTÉ EST MALADE, SOIGNANTS-USAGERS-CITOYENS, NOUS POUVONS ENSEMBLE GUÉRIR CE VIRUS QU’EST : L’AUSTÉRITÉ.















Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.