La CGT et les Brigades Internationales

dimanche 16 octobre 2016

Octobre 1936. Confrontée à une crise sociale, politique et religieuse, l’Espagne a plongé trois mois plus tôt dans la guerre civile.

A l’instar d’autres puissances étrangères, la France s’est prononcé pour un principe de neutralité, qui provoque malaise et incompréhension, notamment parmi la classe ouvrière.

Dénonçant le coup d’état franquiste, la CGT a assuré le peuple et les Républicains espagnols de son soutien dans la "lute contre le fascisme international".

Si le syndicat multiplie les intiatives de solidarité (lancement d’une souscription nationale, création d’un Comité d’accueil aux enfants d’Espagne), beaucoup de militants ( 1 500) s’engageront auprès des Brigades Internationales sous l’impulsion de la Troisième internationale.

Engagement qui se matérialisera via des aides spécifiques (pierre Rouquès, directeur de la clinique des Bluets à Paris organise, par exemple, l’aide sanitaire aux Républicains et aux Brigades) ou les armes à la main.

Rémy Stoutelsky, auteur de L’espoir guidait leur pas (Grasset), estime à près de 700 le nombre de volontaires français issus du mouvement syndical, dont la quasi totalité venait des rangs de la CGT, de la métallurgie et du bâtiment, en particulier.

article repris du journal Ensemble, le mensuel de tou.te.s les syndiqué.es de la CGT

Pour aller plus loin :

CGT et guerre d’Espagne - IHS CGT













Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.