Rififi à la Poste de Loire Atlantique !

mercredi 6 avril 2016

PIC DE NANTES :

La PIC de Nantes était en grève les 29,30 et 31 mars suite à un dialogue social minimal en pleine réorganisation. Lors du conflit, le 30 mars la présence de 50 grévistes de la PIC à 4h30 qui manifestait sur la voie publique a retardé les départs des camions. Cette manifestation locale a permis de faire avancer les revendications et les négociations devaient repartir le vendredi 01 avril.

Coup de théâtre ce même jour, de nombreux agents de la Pic ainsi que leurs représentants syndicaux locaux et départementaux, recevaient des recommandés indiquant que des sanctions seraient prises en raison de l’atteinte à la liberté de circulation postale. Les représentants syndicaux ont reçus des courriers indiquant que « l’exercice du droit syndical n’autorise pas la commission d’actes délictueux ou de nature à mettre en danger la sécurité
des agents ou du public » ( la bonne excuse avec 80 % de grévistes) !

En intersyndicale CGT/SUD , il a été décidé de refuser de continuer les négociations et de ne participer à aucune réunion ( plénière, audience, …)tant que les menaces de sanctions ne sont pas retirées. La réponse du directeur de la DSCC est la suivante : « si les négociations se passent bien on verra pour les sanctions » ! Ce n’est pas du chantage cela ?...


Du Rififi en Loire Atlantique

Suite à cette réponse, le délégué CGT départemental a eu au téléphone le directeur de la DSCC pour lui demander l’annulation de ces courriers.

Réponse du DSCC : Il veut rencontrer les délégués syndicaux départementaux CGT et SUD le 12 avril. Jusqu’à cette date les poursuites sont suspendues.













Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.