Manifestations du 24 mars, une nouvelle réussite !

jeudi 24 mars 2016

Saluant le succès de la mobilisation avec plus de 8 000 personnes à Nantes et 1 000 à Saint Nazaire, le secrétaire général de l’Union Départementale CGT 44 a fait la déclaration suivante :

Nous sommes, une fois de plus, des milliers dans la rue pour exiger le retrait du projet de loi travail, présenté aujourd’hui en conseil des ministres.

Que de reculs dans ce projet : facilitation des licenciements, possibilité d’accord d’entreprise inférieurs à la loi et aux conventions collectives, allongement de la durée du travail hebdomadaire et journalière, attaque sur les congés, sur la majoration des heures supplémentaires, déresponsabilisation des employeurs en matière de santé et de sécurité, attaques sur la démocratie sociale dans l’entreprise, et j’en passe…

Les aménagements apportés par Valls le 14 mars ne changent en rien la philosophie de la loi et ne changent donc en rien notre détermination à la combattre.

Encore une fois ce Gouvernement répond uniquement aux exigences du patronat qui veut toujours plus de flexibilité, qui veut des salariés kleenex qu’on utilise et qu’on jette quand on n’en a plus besoin. Comment peut-on prétendre que faciliter les licenciements serait créateur d’emplois ?

Comment peut-on imaginer, quand on connait un tant soit peu le monde du travail, que des accords d’entreprise peuvent être signés dans une ambiance bienveillante du patronat qui aurait à cœur de mieux traiter ses salariés que ses actionnaires ? Dans quel monde vivez-vous Hollande, Valls, Macron, El Khomri et consorts ? Pas le même que le nôtre apparemment. Car le nôtre, celui des jeunes, des salariés, des retraités, est fait de précarité, de fin de mois difficile, de vacances et de loisirs sacrifiés pour pouvoir survivre, d’impossibilité de se projeter, de s’épanouir. Après avoir mené toute une série de réformes plus régressives les unes que les autres, sous le diktat de la troïka européenne, après avoir fait subir au peuple l’austérité et avoir servi des milliards d’euros au patronat sans contrepartie pour l’emploi, ce Gouvernement cherche à passer, avec la loi Travail, une nouvelle étape dans son projet de civilisation : le retour au 19ème siècle, si ce n’est le retour à l’esclavage !

Est-ce que l’asservissement des peuples aux intérêts de quelques capitalistes est un projet moderne digne du 21ème siècle ? Est-ce cet avenir que vous souhaitez pour notre jeunesse ? Arrêtez, messieurs les gouvernants, vos rengaines sur la mondialisation, sur la compétitivité, sur le prétendu coût du travail. Rappelons, si nécessaire, que ce sont les salariés, par leur travail, qui produisent les richesses. Richesses immédiatement captées par les actionnaires qui ont, rien qu’en France, touché 47 milliards de dollars de dividendes en 2015. C’est pas la crise pour tout le monde !

A la CGT, nous plaidons au contraire pour que les richesses, les progrès technologiques, la créativité humaine profitent au plus grand nombre.

Ainsi, nous revendiquons haut et fort la diminution du temps de travail et la création d’emploi, le droit à la déconnexion et à une vie personnelle, l’instauration d’un nouveau statut du travail salarié qui protège et garanti une évolution de carrière quel que soit son parcours professionnel, le renforcement des instances représentatives du personnel, davantage de moyens pour assurer la défense des salariés et la constitutionnalisation du principe de faveur.

Toutes nos propositions ont été communiquées avec une argumentation au Gouvernement. Mais il n’en a retenue aucune. Apparemment les représentants des salariés ne sont pas légitimes à ses yeux pour parler du travail, le MEDEF oui.

Le gouvernement devrait s’inspirer d’Albert Einstein qui disait : « nous ne résoudrons pas les problèmes avec ceux qui les ont créés ». La crise c’est eux, la solution, c’est nous !

Grâce à la mobilisation, nous avons obtenu un léger rétropédalage du gouvernement. En amplifiant, nous pouvons obtenir le retrait !

Nous étions des milliers dans la rue le 9 mars, le 17 et aujourd’hui. Nous pouvons être des centaines de milliers le 31 mars. Des appels à la grève ont été décidé dans de très nombreuses entreprises de notre région, citons les plus grandes comme Airbus, Les chantiers navals, le grand port maritime, mais aussi dans tous les services publics, les hôpitaux, les communes, l’administration d’État, l’enseignement, Pôle emploi, les transports urbains, la SNCF… je ne peux pas ici tous les citer. Ce 31 mars s’annonce énorme et si ça ne suffit pas, nous recommencerons et amplifierons

Les vacances n’arrêteront pas notre détermination. Tous ensemble, lycéens, étudiants, salariés, privés d’emploi, retraités nous pouvons gagner !













Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.