Plan global de performance : c’est pas bon alors c’est non !

mardi 12 janvier 2016

Voilà résumé en quelques phrases, pourquoi la Cgt est radicalement opposée au Plan Global de Performance, aujourd’hui présenté par la direction. Ce court argumentaire a pour vocation de faire comprendre notre position, et surtout de faire mesurer, à toutes et tous, les enjeux, le contexte et les risques que nous courons tous, si ce plan voit le jour au lendemain de la consultation des élus du CCE le 26 février 2016.

La pseudo-crise, nous l’avions dit, une pure arnaque…

La Cgt s’est déjà exprimée à de nombreuses reprises sur le sujet. Nos tracts « Scénario d’une escroquerie qui va peut-être marcher ? » et « Une autre analyse des comptes » (en ligne sur Navista) sont de bons résumés de notre analyse en la matière.

Il faut bien avouer que nous lisons avec délectation le courrier de bonne année du Pdg. Il annonce le « retour à l’équilibre de nos comptes en 2015 », c’est-à-dire dès début 2016. Comment faire une meilleure démonstration que nous avions raison ?!
Nous profitons donc de l’occasion, et c’est rare, pour féliciter le Pdg d’avoir participé à notre démonstration ! C’était presque trop simple…

La principale raison des plans que l’on veut nous imposer aujourd’hui n’est donc pas valable ! La pseudo crise financière que nous avons connue est bien fabriquée de toutes pièces et n’a eu pour seul objectif que de justifier des sacrifices supplémentaires pour les personnels, de l’ouvrier à l’ingénieur.

NAO, accords « emploi » et « compétitivité », chantage !

Sur ces trois sujets, pour comprendre ce qui se passe et pour éviter de longues lectures, il suffit de lire la première phrase de l’accord sur l’intéressement.
« Lors des Négociations Annuelles Obligatoires, la direction de DCNS a proposé d’élargir sa politique d’intéressement dans le cadre d’un supplément d’intéressement, afin de reconnaître l’effort fourni par chacun dans la mise en œuvre de l’accord global de performance ».

Tout y est, les termes du chantage sont clairs. Celui qui signe au bas d’un tel document donne, ni plus ni moins, que son accord à la mise en place du Plan de Performance !

Avec des mots plus simples, cela donne : « Tu as le droit à des NAO et à de l’intéressement, si tu acceptes le plan global de performance et les accords qui le composent »… Peut-on faire plus limpide ?

Le plus formidable dans l’affaire, c’est que cet accord contraint fortement les signataires de décembre 2015, à également signer les accords OTT et QVT, qui n’ont même pas été encore négociés. Pour la Direction c’est le jackpot !

OTT et QVT : Des contraintes, et aussi… des contraintes !

Ces deux sujets vont rapidement faire l’objet de discussions, via la négociation des deux derniers accords du Plan de Performance. Même s’ils sont quasiment signés d’avance… (voir ci-dessus)

Au-delà de la négociation sur la QVT, qui est imposée par la loi et qui est donc loin d’être une grande victoire…, l’accord OTT nous inquiète un peu plus.

En effet depuis plusieurs années, la Direction Générale, relayée parfois par ses Directions locales, a tenté de réformer les règles régissant l’Organisation du Temps de Travail.

À chaque fois, le moins que l’on puisse dire, c’est que c’était loin d’aller dans le sens des personnels et personne ne pense aujourd’hui que la Direction a changé d’avis sur le sujet. C’est donc en toute cohérence que ce qui nous a été présenté sur le sujet ressemble à un condensé de tout ce que nous avons combattu ces dernières années avec les personnels. HV3, augmentation du temps journalier travaillé, optimisation des horaires, etc. Décidément, personne n’a à gagner dans cette affaire…

Emploi : Rendre l’externalisation irrémédiable !

Cheval de bataille de la CGT s’il en est, l’emploi est sans conteste le volet le plus dramatique de ce qui nous arrive aujourd’hui et depuis plusieurs années.

Partout, tout le monde demande des effectifs supplémentaires, le temps de les former, le temps de transmettre les savoirs des personnels sur le point de partir, etc
.
On croit rêver, les responsables actuels de DCNS, qui disent nous entendre et nous écouter, sont arrivés à la conclusion que nous n’avions non seulement pas besoin d’embaucher, mais qu’il fallait encore réduire les effectifs !

À la lecture de l’accord sur la compétitivité, certains pourraient comprendre qu’il va y avoir des embauches. Encore raté, la Direction a bien fait attention de se limiter à évoquer de simples recrutements. Autrement dit, il s’agit tout autant d’embauches (recrutements externes) que de « recrutements internes » (résultats de mobilités). Rassurez-vous, les départs seront « eux » des vrais départs…

Pour info, et si certains étaient encore prêts à signer, ils n’ont qu’à se replonger dans le PV de désaccord des NAO 2015, dans lequel la Direction s’engage à procéder à des embauches sur l’année 2015. Sur 350 annoncées, seulement 180 ont été réalisées fin octobre 2015. Signer n’est donc en aucun cas une quelconque garantie à DCNS, puisque la Direction ne respecte pas ses signatures…

Comment faire confiance à notre interlocuteur après de tel retour d’expérience ?

Et encore, nous aurions pu en rajouter…

Nous aurions pu, pour compléter nos propos, relater l’ensemble des travaux du cabinet d’expertise mandaté par les élus du CCE, tant ils sont à charge. Mais est-ce utile ? Lire l’ensemble des déclarations liminaires des organisations syndicales au CCE du 16 décembre 2015 est déjà très éclairant ; tous disent leur désaccord avec la Direction. Mais alors, pourquoi seule la Cgt est contre au moment de voter en CCE ? Bonne question…

C’est pour toutes ces raisons que la CGT ne signera pas et votera contre le Plan Global de Performance et les accords qui le composent. On peut toujours dire que nous sommes têtus, on peut le dire….

Oui, la Cgt fera son possible pour éviter ce scénario et souhaite que personne ne signe !

Oui, la Cgt est prête, aussitôt le Plan de Performance abandonné, à travailler avec ceux qui le veulent pour de vraies solutions à notre situation industrielle !

NON au Plan Global de Performance !















Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.