L’Union des Travailleurs n°426 - Octobre 2015

lundi 12 octobre 2015

Mille et une raisons d’engager un mouvement social d’ampleur

Après un été fructueux pour le patronat avec l’adoption des lois Macron et Rebsamen, le gouvernement va bientôt leur servir sur un plateau le cadavre du Code du Travail.
Basé sur le rapport Combrexelle qui plaide pour un renversement de la hiérarchie des normes, Valls promet une loi votée avant l’été prochain. Cette nouvelle attaque, si elle arrive au bout, aura des effets désastreux sur les garanties collectives de millions de salariés en plaçant l’accord d’entreprise au-dessus de la loi et permettant ainsi l’application d’une règlementation du travail différente d’une entreprise à l’autre.

Un nouveau combat donc qui s’annonce pour nous, tout en continuant à batailler contre la mise en œuvre des dernières réformes gouvernementales qui ont toutes pour point commun de servir les intérêts du capital en sacrifiant ceux des citoyens :

  • ➣ Adaptation des territoires et des services publics au marché avec la réforme territoriale.
  • ➣ Affaiblissement des capacités de défense et d’interventions des salariés et de leurs
  • organisations syndicales avec les lois Macron et Rebsamen.
  • ➣ Libéralisation du transport de voyageur.
  • ➣ Extension des possibilités d’ouverture des commerces le dimanche et du travail de nuit.
  • ➣ Adaptation du système éducatif au besoin de main d’oeuvre plutôt qu’à l’émancipation citoyenne, avec la réforme du collège notamment.
  • ➣ Cadeaux somptueux offerts au patronat avec le CICE et le pacte de responsabilité, sans aucunes contreparties garanties pour l’emploi, l’investissement et la hausse des salaires.
  • ➣ Affaiblissement de notre accès aux soins par la casse de l’hôpital public, avec la loi santé….

Sinistre liste non-exhaustive des « solutions gouvernementales à la crise » qu’il convient de mettre à la lumière de leur « efficacité » : croissance continue du chômage (près de 117 000 privés d’emploi en Loire-Atlantique, + 9,1 % en 1 an), des salaires et pensions au plus bas, une pauvreté et précarité grandissante, mais aussi… une belle progression des dividendes versés aux actionnaires !

Alors que faudra t-il de plus pour que nos forces convergent enfin vers un grand
mouvement social capable de renverser la vapeur ?

Appuyons-nous sur les 3 campagnes complémentaires de la CGT (Salaires / Réduction du temps de travail 32 h / Coût du capital) qui doivent nous permettre d’engager le débat avec les salariés pour ancrer l’idée que des alternatives aux politiques d’austérité sont possibles et crédibles. La construction du rapport passera obligatoirement par ce débat et par la syndicalisation.

Il nous faut réussir collectivement à passer du dire au faire. L’heure n’est plus à l’analyse et aux constats, elle est à l’action, au terrain.
Nous avons aujourd’hui tous les argumentaires et le matériel en main pour combattre non pas simplement réforme après réforme mais bien l’ensemble de la politique libérale menée par le gouvernement.
Nous pouvons démontrer que la politique de l’offre nous conduit dans le mur.
Nous pouvons prouver que de l’argent est disponible pour financer les salaires, les emplois et les investissements.
Nous pouvons changer le cours de l’histoire programmée par le Capital.
Alors tou-tes ensembles camarades, passons à l’offensive !

Fabrice DAVID

Sommaire :
Edito ◗ 1
Financement Formation syndicale ◗ 2-3
Résister à la démolition du Code du Travail ◗ 3-4

Union des Travailleurs n°426 Octobre 2015












Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.