Suppression de la demi-part : On achève bien les veuves et veufs… fiscalement !

mardi 6 octobre 2015

Votée sous Sarkozy et confirmée par Hollande, la suppression de la demi-part aux célibataires, veuves, veufs, divorcé-es, séparé-es, vivant seul-es et ayant au moins un enfant majeur imposé distinctement est maintenant totalement effective.

Jusqu’en décembre 2008, toutes ces personnes bénéficiaient d’une demi-part supplémentaire lorsqu’elles établissaient leur déclaration d’impôt sur le revenu.

Désormais, il faut en plus avoir élevé seul-e pendant au moins 5 ans cet enfant quand il était mineur pour conserver la demi-part. Cela entraîne une modification du revenu fiscal de référence (RFR) et, pour de nombreuses personnes, l’imposition : à la taxe d’habitation, à la redevance audiovisuelle, à la taxe foncière, à la contribution sociale
généralisée (CSG), à la contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS), mais entraîne aussi des tarifs plus élevés en matière d’aide ménagère, de transports collectifs, etc.

Depuis mi-septembre, les agents des Finances Publiques sont confrontés à la détresse de contribuables modestes jusqu’alors non imposables ou faiblement imposées.
L’impôt sur le revenu est l’arbre qui cache la forêt des autres impôts et prélèvements inégalitaires, comme la TVA et la Taxe d’Habitation.

La communication gouvernementale sur les baisses d’Impôts sur le Revenu, impôt le plus juste car le plus progressif, masque mal l’essor des impôts locaux et autres prélèvements qui touchent particulièrement les retraité-es modestes. Certains se retrouvent avec des impôts locaux représentant jusqu’à deux fois leur pension mensuelle !













Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.