Pour la préservation du repos dominical

dimanche 25 octobre 2015

Cette année encore les agglomérations de Nantes et Saint Nazaire annoncent leur volonté d’autoriser les commerces à ouvrir des dimanches au mois de décembre.

A Nantes, où la mairie a autorisé deux ouvertures dominicales en décembre 2014, la partie patronale demande maintenant l’extension de la zone géographique concernée.

Notre intersyndicale avait dit l’année dernière qu’une brèche était ouverte et qu’une dérive allait ensuite être lancée.

En 2014, la Communauté Urbaine de Nantes avait limité les ouvertures aux centre- bourgs et aux commerces de proximité.

Aujourd’hui, ce sont les grandes surfaces de périphérie qui demandent à leur tour à pouvoir ouvrir !


PRESERVATION DU REPOS DOMINICAL, COMMUNIQUE 7 OCTOBRE 2015

Madame le Maire,

Nous apprenons par la presse ou d’autres canaux d’information que vous envisagez
d’autoriser à nouveau des ouvertures dominicales de commerces pour la fin de l’année.

Des discussions ou conférences se tiendraient entre les organisations patronales et des syndicats signataires du prétendu accord du 13 novembre 2014.

Nous vous rappelons d’ailleurs que l’ordonnance de référé du Tribunal de Grande Instance du 4 décembre 2014 affirmait que la procédure de négociation et de conclusion d’accords collectifs de travail n’avait pas été respectée et que ce prétendu accord n’était de toute façon pas directement imposable aux employeurs.

Cette année, la loi Macron, votée par la majorité parlementaire que vous soutenez, impose aux communes de décider des éventuelles ouvertures dominicales pour l’année 2016 avant le 31 décembre de cette année.

Nous lisons que les grandes surfaces de la périphérie, dans le prolongement de ce qu’il s’est passé l’année dernière, voudraient maintenant à leur tour bénéficier des ouvertures dominicales.

Cela confirme malheureusement les avertissements que nous vous avions adressés l’année dernière lorsque vous avez ouvert cette brèche dans l’atteinte au repos dominical des salariés.

Nous nous étonnons que nos organisations syndicales ne soient pas tenues informées des discussions qui pourraient avoir lieu.

Si ces informations s’avéraient exactes cela constituerait une très grave violation des règles de démocratie sociale auxquelles vous prétendez être attachée.

Nos organisations syndicales exigent d’être tenues informées par votre cabinet de vos
intentions et, si telle est votre volonté, d’engager un dialogue sincère et loyal avec
l’ensemble des organisations syndicales, gage de respect de la démocratie sociale, des salariés et de leurs représentants.















Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.