La Direction de La Poste n’est pas Charlie !

mercredi 13 mai 2015

La Poste qui se présente comme entreprise ayant un modèle social exemplaire s’en prend à la liberté d’expression des représentants du personnel.

Le 4 février 2015, la direction du courrier 44/85 annonce aux organisations syndicales l’interdiction de prendre la parole dans les centres courriers, créant ainsi une rupture dans une pratique existant depuis des décennies dans les centres courriers en raison de la difficulté à informer le personnel qui exerce les trois quart de son activité professionnelle en dehors du collectif de travail.

Malgré une demande unanime des organisations syndicales CGT, FO, SUD, CGC, la direction n’a pas cédé.

Des lettres recommandées ont déjà été envoyées pour intimider les militants qui oseraient encore informer oralement le personnel des centres courriers. Cette démarche est dans la continuité de la sanction disproportionnée du militant (SUD 92) Yann Le Merrer révoqué pour faits de grève (voir ci dessous).

C’est un recul sans précédent de l’activité sociale dans l’entreprise et du respect des représentants élus par le personnel. Et pourtant, La Poste dit vouloir un dialogue social de qualité !

Pourquoi cette position ?

Certainement que La Poste veut museler les salariés en raison d’objectifs économiques qui détériorent les conditions de travail, (nous constatons une augmentation des troubles musculo-squelettiques) remettent en cause le service public dans sa neutralité (démarchage commercial à domicile, service à la personne payant, questionnaire de prospection commercial au lieu de distribuer le courrier 6 jours/7), ou décrédibilisant notre métier (promenade et soin des animaux domestiques, récupération de linge sale), La Poste craint une réaction vive des personnels et veut paralyser notre activité.

Les organisations syndicale CGT, FO, SUD exigent le retrait de cette décision et demandent à l’État, premier actionnaire, de faire respecter la liberté d’expression syndicale inscrite dans le code du travail.

Nous ne laissons pas faire, des actions seront proposées aux salariés. Les syndicats ont été créés par la lutte des salariés pour les travailleurs, leur pérennité dépend d’eux.

Nous sommes déterminés à retrouver notre liberté d’exercice syndical, et, appelons les responsables de La Poste à respecter la liberté d’expression syndicale, et, les politiques à appuyer notre démarche afin que nous retrouvions notre liberté d’expression.

Cette décision de la direction locale Loire Atlantique/Vendée s’inscrit dans une vaste campagne nationale de la direction de La Poste contre le fait syndical dont la mesure la plus grave reste le licenciement en cours de Yann Le Merer

Communiqué soutien Yann Le Merrer - CGT 44














Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.