L’Union des Travailleurs n°424 - Janvier 2015

mardi 27 janvier 2015

Cher(e)s camarades,

Permettez-moi de commencer ce premier édito de l’année 2015 par vous souhaiter, au nom de l’UD 44, tous mes vœux de bonheur et de santé pour vous et vos proches. Souhaitons que cette nouvelle année soit celle d’une CGT fraternelle et combattive, en
ordre de marche à tous les niveaux de l’organisation pour que s’engage le plus rapidement possible la lutte nécessaire pour contrer les politiques libérales du gouvernement, les offensives patronales et porter haut nos revendications de progrès social.

Nous débutons malheureusement cette année par les meurtres odieux à Charlie Hebdo, à Montrouge et à la porte de Vincennes qui auront coûté la vie à 17 de nos concitoyens. Une fois l’émotion et le deuil passé, il nous faudra analyser et porter
publiquement les raisons profondes de ces évènements. La CGT ne saurait se laisser enfermer dans une « unité nationale » sans pointer les responsabilités de nos gouvernants qui, par leurs politiques d’austérité, nous plongent dans la détresse sociale, sans perspectives, sans espoirs de changement et offrent ainsi un terreau fertile à l’obscurantisme et la criminalité. La CGT ne saurait également feindre d’ignorer l’impérialisme occidental au service des intérêts économiques des puissants au détriment du respect des cultures et des souverainetés des peuples du reste du monde.

Nous avons aussi terminé l’année 2014 et débuté 2015 par une crise sans précédent dans notre CGT. L’UD 44 s’est inscrite dans les débats du Comité Confédéral National (CCN) en essayant d’y porter au mieux les analyses et propositions des militants de notre département. Avant la « trêve des confiseurs » nous avons
adressé un courrier à la direction confédérale, issue de nos débats à la commission exécutive, demandant la démission du Secrétaire général et de tous les responsables de cette situation, et pointant la nécessité d’engager le débat de fond sur notre fonctionnement et sur la stratégie des luttes (nous tenons cette déclaration à disposition des camarades qui ne l’aurait pas eu). Au CNN du 13 janvier dernier, l’UD 44 a validé les propositions confédérales sur les nouvelles règles de fonctionnement et a également validé la composition du nouveau bureau confédéral. Celle-ci n’a finalement pas été retenue, faute de recevoir les 2/3 des voies du CCN. Le
résultat du vote donne en effet 57,49 % POUR, 41,65 % CONTRE et 0,85 % d’abstention. Critique sur le pilotage de la commission chargée de composer le nouveau bureau par le secrétaire démissionnaire, Thierry Lepaon, l’UD 44 a toutefois fait le choix de valider la proposition pour plusieurs raisons :

1/ La nécessité de sortir au plus vite de cette crise qui laisse notre
CGT l’arme au pied depuis déjà 3 longs mois, au détriment de la
construction du rapport de force nécessaire pour reprendre le
chemin de la lutte contre les politiques libérales.

2/ Les « garanties » apportées par Philippe Martinez, que c’est
bien lui, et non Thierry Lepaon, qui avait bâti cette proposition
de bureau. (Philippe Martinez pressenti comme le futur secrétaire
général et dont la candidature n’a pas fait du tout débat dans le
CCN).

3/ Le fait que c’est la Commission Exécutive Confédérale, élue par
le 50ème congrès des syndicats, et donc légitime pour diriger la
CGT, qui a validé cette proposition de bureau préalablement au
CCN.

4/ Le prochain congrès confédéral ayant lieu dans un peu plus d’un
an seulement, cette nouvelle direction, quoi qu’on puisse en dire,
ne peut être qu’une direction de transition. Sa composition sera
confirmée ou infirmée par les syndicats au congrès.

Enfin, 5/ quelles que soient les fautes commises, que faudra t’il de
plus, pour sortir de cette crise, que la démission de l’intégralité des
désormais ex-membres du bureau confédéral ?

Au-delà de ce vote, l’UD 44 porte surtout la volonté, pour en sortir par le haut, de participer à la reconstruction d’une CGT combattive, ancrée dans les réalités des salariés, retraités et privés d’emploi, et fidèle à nos valeurs de solidarité, de fraternité. Pour cela, il y a nécessité absolue de préparer le 51ème congrès confédéral dès
maintenant, au plus près des syndicats, en abordant jusqu’au bout les sujets qui parfois nous divisent : syndicalisme rassemblé, convergences des luttes et stratégie à long terme, articulations entre nos structures territoriales et professionnelles, etc…

En espérant que ces quelques mots auront pu vous apporter quelques éclairages sur la position de votre UD et restant bien évidemment à la disposition de tou-te-s les militant-e-s qui souhaiteraient des explications complémentaires.

Je vous souhaite une bonne lecture de ce nouveau numéro de l’Union des Travailleurs.

Bien fraternellement.

Fabrice David - secrétaire général de l’UD CGT 44

Union des Travailleurs n°424 - janvier 2015












Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.