Chômeurs en marche le 09 octobre à Nantes

samedi 6 octobre 2018

Face aux nouveaux propos méprisants de Mr Macron vis-à-vis des privés d’emploi, le comité des travailleurs privés d’emploi et précaires (TPEP) CGT de Nantes organise, ce 09.10.2018, en amont de la manifestation une déambulation avec animation, afin de porter leurs voix sur la réalité de leurs quotidiens de recherche d’emploi. Car il ne suffit pas de traverser la route pour trouver du « boulot » !

Mr Macron persiste à dénigrer les personnes qu’il est chargé de protéger. Après avoir insulté les français de cyniques et de fainéants, parait-il, maintenant, il suffit de traverser la rue pour trouver du « boulot » ! Cette attitude vis-à-vis de plus 6,5 millions d’individus, dont pour certains il n’est plus question de parler de précarité mais de survie, n’est pas acceptable de la part d’un président de la république.

Or, il est évident que ces propos insultants rentrent dans une stratégie de communication visant à jeter le discrédit sur partie des citoyens des plus vulnérables.

« Diviser pour mieux régner »

Le projet de Macron et du gouvernement consiste à détruire notre modèle social en favorisant l’explosion des inégalités et la casse de tous les droits collectifs. Dans un contexte de remise en cause générale de la Sécurité sociale, de suppressions de postes à Pole Emploi et à l’AFPA, l’assurance chômage est massacrée : en supprimant les cotisations, le pouvoir l’étatise et projette de la remplacer par un « revenu universel » de misère, même pas à la hauteur du RSA...

Le comité TPEP de l’UL CGT de Nantes propose de venir reprendre possession de l’espace public. Nous vous donnons rendez-vous le mardi 09 octobre à la station de tramway Duchesse Anne à 08h15.

Si vous désirez participer à cette action vous pouvez nous contacter par mail à privesdemploi@cgt-nantes.com. De plus, comme tous les ans, un rassemblement contre le chômage est prévu le 1er décembre sur Paris.

Le comité TPEP de l’UL CGT de Nantes















Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.