Lettre ouverte à François de Rugy

vendredi 20 octobre 2017

François de Rugy visitait une agence nantaise de Pôle Emploi ce vendredi 20 octobre.

La CGT a organisé une action au pôle emploi centre (rue d’Erlon) pour accueillir F. De Rugy, député de Les Républicains en Marche et président de assemblée nationale sous Macron. Histoire de lui rappeler que les associations créent plus de richesse que le MEDEF et que sans lui et sa majorité, Macron connaitrait quelques difficultés supplémentaire pour imposer sa politique immonde !


Monsieur,

A l’occasion de votre visite d’une agence Pôle Emploi dans notre région, la CGT Pôle Emploi Pays de la Loire souhaite se faire le relais de l’inquiétude des agents.

Les annonces faites par Madame la ministre du Travail dans les médias au sujet de Pôle Emploi ont été grandement confirmées par notre Directeur Général.

Il a notamment confirmé l’article du Parisien annonçant une suppression « à 3 chiffres » d’effectifs à Pôle Emploi. Les fonctions dites « Support » seraient les premières concernées.

Cette disparition de centaines de postes dès 2018 ne peut être qualifiée de « légère baisse d’effectifs ».

Pensez-vous vraiment que :

  • • La suppression de « quelques centaines de postes » pour 2018 ne devrait pas nous inquiéter ?
  • • L’ordonnance n°8 qui acte le transfert sur la CSG des cotisations salariales et signe l’arrêt de mort de l’assurance chômage ne devrait pas nous inquiéter ?
  • • L’accord GPEC mis en oeuvre à Pôle Emploi depuis fin 2016 entérinant la quasi disparition des métiers de l’indemnisation au profit d’opérateurs privés ne devrait pas nous inquiéter ?
  • • La disparition des offres de services spécifiques comme le réseau Cadres ne devrait pas nous inquiéter ?
  • • La suppression de milliers de contrats CUI ne devrait pas nous inquiéter ?
  • • L’externalisation massive de nos missions en application du plan de restructuration 2020 ne devrait pas nous inquiéter ?
  • • Le gouvernement qui cherche à faire 3 milliards d’euros d’économies sur notre dos et celui des Demandeurs d’Emploi ne devrait pas nous inquiéter ?

Madame la Ministre, notre Directeur Général, et peut-être vous-même, peuvent juger que la question de la privatisation de Pôle Emploi est « hors sujet » : cela ne nous rassure en rien et ne dément pas les propos tenus dans les médias.

Toutes les politiques concernant Pôle Emploi depuis plusieurs années vont dans ce sens ; sa privatisation a déjà commencé, même si elle est appelée pudiquement « externalisation ».

La CGT Pôle Emploi dénonce depuis des années cette politique de destruction de nos métiers et du Service Public de l’Emploi.

Nous affirmons que le numérique, en complément du contact avec un professionnel, doit concourir à l’amélioration des services rendus. A l’inverse, nous dénonçons un « tout numérique » enfermant qui met à distance les Usagers et déqualifie les Personnels.

Nous considérons que les emplois « aidés » doivent, à Pôle Emploi comme ailleurs, être remplacés par des emplois pérennes. En effet, ce n’est pas l’utilité de ces emplois qui est en cause mais bien le statut de ces emplois, qui bien souvent compensent les manques des politiques publiques.

Monsieur le Président de l’Assemblée Nationale, la CGT Pôle Emploi sera toujours présente, dans la lutte, pour défendre tous nos emplois et toutes nos missions.

Elle mettra tout en œuvre pour contrer les projets visant à détruire le Service Public de l’Emploi et de droit à l’indemnisation des privés d’emploi et des précaires.
















Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.