VINCI/AGO veut faire du service aéroportuaire un laboratoire de la loi travail

vendredi 29 septembre 2017

La CGT Aéroport Grand Ouest syndique les salariés des différentes entreprises intervenant sur le site de l’actuel aéroport de Nantes Atlantique.

La reprise de la concession de l’aéroport par le groupe Vinci en 2011 a changé beaucoup de choses.

Même si l’aéroport de Nantes est florissant (investissement depuis peu dans de nouveaux parking avions, agrandissement de la zone de filtrage avant les salles d’embarquement et l’extension du dépôt de carburant soit 200m3 de stockage supplémentaire) et si Vinci en tire de gros bénéfice, les entreprises implantées sur le site et qui font tourner le service aéroportuaire vont mal.

Nous constatons beaucoup de turn-over (contrats précaire), des cadences infernales suite à l’augmentation du trafic et l’implantation de multiples compagnies low coast.

Un billet d’avion à moins de 30 euros engendre des conditions de travail exécrables, des salaires au rabais, des employés jetables... Un mal-être au travail, un silence assourdissant...

Le donneur d’ordre Vinci ne souhaite pas rencontrer les salariés , eux qui veulent simplement exprimer leurs difficultés au quotidien et être entendu afin de travailler si possible dans des conditions décentes et dignes.

Malgré une hausse d’activité de 14 % à Nantes Atlantique, Aviapartner société d’assistance aéroportuaire va mal. Elle est en procédure de sauvegarde économique depuis décembre 2015, un transfert de personnel sera effectif le 1er novembre 2017 au profit d’une autre compagnie d’assistance aux conditions de travail moyenâgeuse.

Aucune certitude quant au nombre de salariés repris et encore moins sur les conditions de salaire et d’ancienneté qu’ils seront en droit légitimement d’attendre de la société repreneuse.

La direction d’Aviapartner veut licencier le secrétaire du CHSCT et fait appel au ministère du travail alors que l’inspection du travail avait émis un avis défavorable.

Qui plus est lors de la réunion du prochain CHSCT à la fin du mois, la direction a prévu de dénoncer tous les accords d’entreprise.

Et si la direction de Vinci-Aiports de l’Aéroport Grand Ouest fait la sourde oreille malgré les sollicitations des syndicats, c’est bien qu’elle compte jouer la montre en espérant la mise en place des ordonnances de la loi travail XXL.

Voilà un exemple cinglant des conséquences de la loi El Khomry, qu’en sera-t-il quand les ordonnances Macron et sa loi travail XXL seront applicables ?

Les licenciements facilités, des syndicats muselés, des décisions arbitraires...

(Si vous souhaitez nous rencontrer et nous questionner, des représentants de CGT VINCI et de CGT AGO pourront vous expliquer en détails les conditions de travail de Nantes Atlantiques et les coulisses sociales qui est déjà une rente de situation pour Vinci).

Presse Océan 28 sept 2017














Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.