La maison des syndicats de Nantes n’accueillera pas la conférence d’extrême droite !

mercredi 18 janvier 2017

Un site identitaire, reprenant l’appellation Breizh info d’un hebdomadaire désormais disparu, est à l’origine d’une demande de location de salle à la Maison des Syndicats de Nantes pour y tenir un meeting avec comme support les thèses hostiles à l’immigration portées traditionnellement par l’extrême droite.

Plus globalement cette initiative vise à relancer la mouvance estudiantine et des formes de pensée et d’action ultranationalistes.

La tenue prochaine de cette soirée à la Maison des syndicats de Nantes est une provocation pour le syndicalisme de progrès social que nous voulons représenter.

Notre action au quotidien vise à lutter contre les formes spécifiques d’exploitation dont sont victimes des personnes qui fuient la guerre, les dictatures, les misères et désormais les catastrophes climatiques. Ces exils ne se font pas par plaisir ou par calcul opportunistes. Le sort des migrants mérite bien autre chose que de la défiance ou du rejet, qu’ils soient de passage ou plus durablement voués à être installés, qu’ils soient mineurs ou adultes isolés, ou en famille.

En toute indépendance politique, nos syndicats luttent quotidiennement pour le respect de la personne et des droits, contre les réactions xénophobes dont les migrants sont victimes et que des propos et thèses identitaires ne cessent d’alimenter et d’attiser.

Dans notre département, toute l’histoire du mouvement ouvrier, salarié, étudiant, y compris paysan, est marquée par des solidarités actives et lucides sachant accueillir et porter notre devise républicaine « liberté, égalité, fraternité », sachant aussi faire valoir les droits humains.

La mairie de Nantes, comme la préfecture, doivent mesurer qu’il n’est pas possible de tenir une soirée identitaire au cœur de la Maison des syndicats. Nous menons le débat public des idées, et parfois à l’interne de nos organisations, pour déjouer les raccourcis de pensées extrémistes. Mais là ce n’est pas de débat dont il s’agit au vu du contenu du livre support de la soirée, mais d’un brûlot voulu alors que la campagne électorale est dans les faits lancée.

La préservation de l’ordre public suppose aussi, surtout dans notre ville, qu’on envisage plus largement la nécessité d’éviter de telles provocations extrémistes.

Nantes, le 17 janvier 2017

Suite à notre intervention, le lieu de ce meeting a été déplacé... cela ne nous satisfait que partiellement et nous restons mobilisés.















Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.