Combien coûte le miroir d’eau nantais ?

dimanche 2 octobre 2016

Depuis sa mise en service, le magnifique miroir d’eau qui reflète le tout autant magnifique château ducal ne cesse d’attiser notre curiosité sur son coût.

Cette interrogation est reprise par des agents du service espaces verts qui constatent la facilité de la collectivité à trouver des solutions pour :

· payer le surcoût du miroir qui au final à couté 3,2 millions d’€. Rappelons que celui de Montpellier a coûté 1,1 millions d’€.

· quasi quotidiennement depuis sa mise en service en début septembre 2015, ceux qui cheminent le matin à proximité du beau miroir ont pu constater la présence d’un ou de plusieurs techniciens spécialistes, avec véhicule d’intervention sur site. Quel est le coût de ces interventions redondantes et pour qui ?

· l’acquisition par le SEVE d’une tondeuse « spéciale miroir d’eau » avec aspiration renforcée des brins d’herbes coupés afin d’éviter le bouchage des filtres dudit miroir, lors de la tonte des pelouses environnantes, vient s’ajouter.

· assurer le coût d’entretien au quotidien, estimé autour de 1 à 3 % de l’investissement, soit entre 30.000 et 90.000 € par an (source Le Moniteur)

Quid à Nantes au terme de 1 an de mise en service ?

Les collègues des espaces verts qui ont connaissance de cette situation nous interpellent. Pourquoi la collectivité a des ressources pour assurer un tel projet pendant que les agents « galèrent » pour :

· être indemnisé pour l’entretien de leurs tenues professionnelles

· avoir du matériel neuf en temps et en heure (tondeuses, bottes, shorts…)

· pourvoir au remplacement des jardiniers qui partent en retraite

· assurer un entretien régulier des espaces verts (taille, tonte, désherbage...) au regard des superficies en constante augmentation

· subir une privatisation partielle du service fossoyage

A cela la CGT répond ; c’est peut être un choix de la municipalité de passer en second plan ce qui est moins ostentatoire à savoir, les conditions de travail, la rémunération des agents, une part des missions de service public pourtant nécessaires.

La spirale de la communication, de l’affichage, du prestige à des fins politiques et électoralistes, cela rendrait-il aveugle ?

Prochain épisode : peut-être l’arbre aux hérons dont le coût prévisionnel dépasse déjà les 30 millions d’euros…

aimablement copié sur le journal info Cadres de la CGT Mairie de Nantes













Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.