Centrale de Cordemais en action

mercredi 21 septembre 2016

La CGT appelle à manifester devant la centrale de Cordemais pour défendre notre avenir !

Le gouvernement s’entête à vouloir imposer une taxe carbone au 1er janvier 2017 qui, par son application entraînera la mort de la filière charbon dans l’énergie en France.

Au delà des 2000 emplois du bassin de l’estuaire de la Loire, c’est environ 5000 emplois en France qui sont menacés par une taxe qui n’aura comme d’autres effet que de casser des emplois et de mettre en précarité énergétique des grandes régions comme l’Ouest de la France !

Pour défendre nos emplois et peser sur l’écriture du texte de la taxe Carbone, soyons nombreux demain dans l’action devant la centrale !

ACTION LE MERCREDI 21 SEPTEMBRE DEVANT LA CENTRALE A partir de 7h00

Ce mercredi 21 Septembre 2016, devant la centrale EDF de Cordemais, 400 travailleurs du bassin d’emplois se sont mobilisés pour revendiquer un avenir !

A l’appel de la CGT de Cordemais, des Ports et Dock, et des Union locales CGT de Saint-Nazaire et de la Basse-Loire, les travailleurs ont répondus présent.

La mobilisation répond à deux actions destructrices d’emplois :

- La première est sur la réunion qui se tient aujourd’hui à Paris au CCE d’EDF S.A. où sera entériné la fermeture des 2 tranches Fioul de Cordemais en 2018 destructrice de 600 emplois sur le bassin.

- La seconde, encore plus grave, est une action du gouvernement pour la mise en place d’une Taxe Carbone sur le charbon en France dans l’énergie. Cette taxe voulue par François Hollande pour gagner quelques voies chez les "verts" aux prochaines élections présidentielles, sera destructrice de 1400 emplois sur le bassin de la Loire mais au total destructrice de 5000 emplois en France dans la filière charbon [centrale EDF du Havre, centrale UNIPER de Gardanne, et centrale UNIPER d’Emile Huchet]. Pour un bilan réduction de gaz à effet de serre quasi nul !

Les industriels sont prêts à prendre le virage de la transition énergétique en se diversifiant sur le combustible, notamment à Cordemais sur les essais de Biomasse locale, mais il leur faut du temps ! Si la taxe passe au 1/1/2017, le seul effet de cette taxe sera une fermeture des sites et une suppression des emplois correspondant ! La CGT revendique du temps pour préparer l’avenir et sauver les emplois !

Comment un président qui se dit lutter contre le chômage, peut pondre des lois qui en détruisent alors que les moyens pour les sauvegarder et les développer existent ! La Biomasse et à terme le captage et retraitement du CO² sont des solutions viables, réductrice des gaz à effet de serre et créatrices d’emplois !

La CGT luttera jusqu’au retrait ou au report de cette taxe !!!















Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.