Des violences policières le 15 septembre

dimanche 18 septembre 2016

Communiqué de presse

L’union départementale CGT Loire-Atlantique tient à dénoncer les nouvelles provocations des forces de l’ordre qui ont terni la manifestation de ce jeudi 15 septembre 2016 contre la loi travail.

En réponse à quelques jets de projectiles de peinture contre la façade la préfecture, les CRS et la BAC ont répondu de façon disproportionnée par de jets massifs et sans faire de distinction aucune parmi les manifestants, de gaz lacrymogène, et de grenades de désencerclement.

Le cortège CGT s’est retrouvé au cœur d’un nuage de gaz particulièrement épais qui a causé des malaises (notamment une manifestante retraitée). Le camion estrade CGT, bien connu des journalistes, a subi des attaques directes, avec impacts ; un membre de la direction départementale de la CGT a été atteint par un projectile des forces de l’ordre.

Nous avons également des témoignages concordants sur le manque de retenue verbale des personnels de la BAC qui, faisant fi de leur devoir de réserve obligatoire pour tout fonctionnaire, ont invectivé et provoqué des manifestants : cette pratique n’est pas digne de représentants du maintien de l’ordre ! Ces comportements ne tendent pas à rétablir des relations apaisées entre les jeunes (ou les plus radicaux) et les forces de l’ordre.

En outre, cette stratégie policière n’est pas adéquate et vise à instiller un climat de peur qui, in fine, peut conduire à remettre en cause la possibilité du droit fondamental de manifester.

Ces incidents sont intervenus alors que tous les observateurs présents ont même pu constater une évolution notable des conduites des manifestants dits « autonomes » qui, à notre connaissance, n’ont pas brisé de mobilier urbain ni de vitrines sur le parcours de la manifestation : la CGT demande donc que des observateurs indépendants puissent rendre compte au public de la réalité des évènements lors des prochaines manifestations à Nantes.















Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.