Lettre ouverte à ceux qui oublient qu’ils ont des enfants

mercredi 25 mai 2016

Lettre ouverte à ceux qui oublient qu’ils ont des enfants,
qui pensent que la loi travail ne les concerne pas, qui ne veulent pas voir
que derrière arrive aussi le TAFTA et qui ne vont (surtout) pas manifester.

Car il y a beaucoup de raisons de ne pas aller aux manifestations : la violence ;
parce que les élections régleront ça en 2017 ; et qu’après tout, chacun pour soi !

Mais il y en a d’autrement meilleures d’y aller !

Car…n’avons nous pas certaines responsabilités dans ce qui motive aujourd’hui la rage de bien des jeunes ? Nous avons, nous Français, par conformisme, aveuglement, passivité, permis depuis 35 ans l’alternance au pouvoir de partis ayant fait la preuve de leur incapacité à régler les problèmes de la population, notamment celui du chômage qui a été multiplié par 10 durant ces quarante dernières années.

Ces gouvernements, socialistes et de droite, sans qu’aucun mandat ne leur soit donné pour cela, ont adhéré à la mondialisation voulue par les banques et les multinationales et nous ne leur avons jamais demandé d’en rendre compte, en dépit des dégâts sociaux, environnementaux, climatiques que les jeunes qui entrent dans la vie active vont devoir assumer et réparer.

Les avons-nous élus pour faire le lit des milliardaires dans une société dont la devise serait devenue « Compétitivité, attractivité, rentabilité » ? Où sont la liberté, l’égalité, la fraternité dont nous écrivions les noms aux frontispices de nos écoles ?

N’y aurait-il pas eu un coup d’État bien mené et sans vitrines brisées, mais ô combien plus dramatique pour notre société que les dernières manifestations ?

Ceux qui nous dirigent depuis quarante ans trahissent les intérêts de leurs électeurs, la corruption gagne du terrain, des milliards foutent le camp dans les paradis fiscaux et ce serait seulement leur fait ? Non, c’est le nôtre aussi, puisque nous laissons faire.

Aujourd’hui, avec la loi travail, voilà encore des droits auxquels il faudrait que les Français renoncent, tandis que par ailleurs, avec le TAFTA, d’immenses et dangereux pouvoirs seraient donnés aux multinationales. Va-t-on encore baisser les yeux, boucher nos oreilles et fermer nos gueules en espérant que le Saint Esprit fera quelque chose pour nous et nos enfants ? Ou allons-nous, cette fois, relever enfin la tête et nous mobiliser aux côtés de la jeunesse et des syndicats en les rejoignant pacifiquement dans les cortèges de la semaine à venir et aux Nuits Debout ?

« Celui qui voit un problème et ne le dénonce pas fait partie du problème ». Gandhi

Les enfants de Paul Eluard















Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.