Ensemble, défendons l’avenir de la navale.

mercredi 23 mai 2012

Ensemble, défendons l’avenir de la navale.

Pas un secteur de l’industrie n’a été épargné dans la dernière période. Rappelons-nous les plans sociaux successifs chez Trelleborg (sous-traitant automobile) , chez Faurecia à Saint-Nicolas de Redon, chez Manitou et son plan de départ volontaire , vite remplacé par une
masse encore plus grande d’intérimaires. Goss, Arcelor, MBP, Focast, Samro, MHS, Beghinsay, etc…

Ce sont des milliers de salariés qui ont perdu leur emploi ces 3 dernières années.
Ce sont des milliers d’emplois industriels qui ont disparu.

La Navale traverse des périodes successives de difficultés liées, comme pour toutes les autres industries, à des stratégies financières misées sur la baisse des coûts salariaux.

Des sous-traitants locaux ferment leur porte les uns après les autres, et c’est autant d’emplois dans l’industrie qui disparaissent avec eux.

Le département comme le reste de La France souffre d’un déficit chronique de politique industrielle.

Pour la CGT, il existe d’autres solutions

« La mise en oeuvre d’une politique industrielle, cela ne peut pas être un exercice de communication. Cela nécessite des investissements matériels, des investissements dans la formation, et les conditions de vie et de travail des salariés, de ceux et celles qui font la richesse des entreprises. Cela nécessite des orientations claires, des axes forts, des politiques publiques de soutien, une politique de recherche et d’innovation ambitieuse. Nous revendiquons une politique industrielle et d’emploi qui s’appuie à la fois sur un socle
social fort et de nouveaux droits d’intervention dans la gestion pour les salariés »
Bernard Thibault

Aujourd’hui La Navale souffre et tout le bassin d’emploi avec.
La CGT exige :

  • • la mise en place d’une politique industrielle y compris sur la filière navale de la conception à la déconstruction qui relance les emplois et l’activité aux chantiers navals de Saint-Nazaire ;
  • • le maintien de l’emploi sur les territoires, que l’Etat prenne toutes ses responsabilités en tant qu’actionnaire aux chantiers navals et nous interpellons le nouveau Président de La République élu dans ce sens.

La CGT appelle tous les syndicats du département à participer massivement à la manifestation du 23 mai, et à mettre en débat des arrêts de travail allant jusqu’à 24 h de grève de solidarité interprofessionnelle pour une politique industrielle.

Ensemble solidaires pour la Navale
23 mai 2012 - 10 h 30
à Saint-Nazaire - Penhoët

À l’appel des organisations syndicales, CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, FO, FSU, Solidaires et UNSA de Loire-Atlantique.

Mobilisation générale

Pour le maintien de tous les emplois de la Navale et ses sous-traitants

Pour la pérennité du Chantier Naval de Saint-Nazaire

{{}}

L’annulation de la commande des deux paquebots pour Viking River Cruises (annoncée le 5 Avril dernier) menace dangereusement l’avenir du Chantier Naval de Saint-Nazaire et l’emploi de milliers de salariés de STX France, ses filiales et de la Sous-traitance et, au-delà toute l’économie locale.

A l’évidence, l’Etat (actionnaire à 33,3%) n’a pas pris toutes ses responsabilités pour que le montage financier aboutisse. Il a laissé les mains libres aux banques privées qui préfèrent spéculer plutôt que
financer l’économie réelle et notre industrie en particulier !

Deux semaines plus tard, les Chantiers italiens Fincantieri ont annoncé avoir obtenu cette commande. En peu de temps, l’Etat italien, propriétaire à 100% de ces chantiers, a su mobiliser ses moyens, via sa Caisse des Dépôts et des Prêts italiens, pour réaliser le montage financier de cette commande !

Les organisations syndicales départementales s’adressent au nouveau Président de la République et à son gouvernement :

  • Pour que l’Etat prenne toutes ses responsabilités et s’implique totalement pour garantir l’avenir du Chantier Naval de Saint-Nazaire, y compris en devenant l’actionnaire majoritaire ;
  • Pour le maintien de tous les emplois chez STX France (Chantier Naval et filiales) et chez les sous-traitants ;
  • Pour la création d’une banque publique d’Etat pour le financement de l’industrie et de l’exportation ;
  • Pour une véritable politique industrielle débouchant rapidement sur des commandes de navires ;
  • Pour le développement de la filière construction navale (coréalisateurs et sous-traitants) avec des règles contre le dumping social, fiscal et financier ;
  • Pour soutenir financièrement la diversification du Chantier Naval et la Recherche et Développement. Les organisations syndicales départementales s’adressent également au patronat qui doit assumer sa responsabilité d’employeur en maintenant tous les emplois sur la région Nazairienne.

« Pour la satisfaction de toutes ces revendications, les organisations syndicales ont demandé, par courrier, une rencontre au Président de la République. »

Les organisations syndicales appellent toute la population
et tous les salariés à faire grève et à manifester du Chantier Naval
vers la Sous-préfecture













Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.