Les voyageurs doivent dire non à la réforme de la SNCF

jeudi 29 janvier 2015

SNCF

Le service public des transports en danger ! Les usagers en supportent les conséquences !

‑ Le refus du gouvernement de traiter la dette historique issue de la construction
des Lignes Grande Vitesse à la fin des années 80 sur commande de l’Etat ;

‑ Le désengagement de l’Etat sur l’indispensable financement du renouvellement
et de la maintenance des infrastructures ferroviaires ;

‑ L’éclatement de la SNCF en trois entités qui rend plus complexe l’organisation
du système ferroviaire dans le seul but de préparer la libéralisation du rail
français.

Association pour l’information et la défense des consommateurs salariés
www.indecosa.cgt.fr
‑ Le refus du gouvernement de traiter la dette historique issue de la construction
des Lignes Grande Vitesse à la fin des années 80 sur commande de l’Etat ;
‑ Le désengagement de l’Etat sur l’indispensable financement du renouvellement
et de la maintenance des infrastructures ferroviaires ;
‑ L’éclatement de la SNCF en trois entités qui rend plus complexe l’organisation
du système ferroviaire dans le seul but de préparer la libéralisation du rail
français.

Cette réforme, dictée par le Président de la SNCF au Secrétaire d’État aux transports, a été présentée aux usagers comme une solution à tous les maux qu’ils subissent au quotidien.

Aujourd’hui, les usagers du rail et plus largement l’ensemble des citoyens peuvent mesurer à quel point l’analyse de la CGT et des cheminots était la bonne.

A peine cette reforme se met-elle en place que ses effets les plus néfastes,
dénoncés,se font ressentir.

L’annonce pendant les fêtes de fin d’année d’une hausse des tarifs SNCF de 2,6% est une des conséquences directes de cette réforme non financée. Les usagers paient les conséquences de l’éclatement de la SNCF.

Partout en France, la SNCF :

- Multiplie les fermetures de guichets en gare, de boutiques où en réduit les heures d’ouverture ;

- Supprime le personnel d’accompagnement à bord des trains de voyageurs ;

- Ferme des lignes ferroviaires irriguant les zones rurales, menace de suppression les trains « Corail » de nuit ;

- Étudie la diminution des circulations des trains « Inter cités » de jour. Comme elle l’a fait pour le Fret, en réduisant de moitié le tonnage de marchandises transportées par rail, la direction de la SNCF s’engage dans une politique du tout profit en se concentrant uniquement sur les trafics et les lignes ferroviaires qualifiés de "rentables" conduisant au déclin du service public.

Le budget 2015 du groupe public SNCF prévoit plus de 1500 suppressions d’emplois.

Ce sera donc moins de services aux usagers, une qualité de transport en baisse et un impact négatif sur le niveau de sécurité, sur l’environnement et la sécurité routière.

Alors que le Président de la République annonce en grande pompe la « Conférence Climat 2015 » en décembre à Paris, son Ministre de l’Economie veut inscrire dans la loi le remplacement des trains classiques nationaux par des bus et la Direction de la SNCF détruit le Fret ferroviaire en proposant aux régions de renvoyer vers la route certains TER.

En ce début d’année, c’est au tour des cheminots et des usagers du rail de dire à ceux qui nous gouvernent comme à ceux qui dirigent la SNCF : « Y en a marre ! »

Les usagers doivent se mobiliser pour reconquérir un Service Public SNCF de
qualité.

INDECOSA CGT soutient et s’associe à la manifestation nationale organisée par la Fédération CGT de Cheminots, à Paris, le 29 janvier 2015 (RDV à 13h00 place d’Iéna).

Tract SNCF Indecosa
appel FD CGT Cheminots














Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.