STX : une commande de Ferry qui doit en appeler d’autres

mardi 14 janvier 2014

Après plus d’une année sans commande de navires, l’annonce du contrat entre la BAI et STX est forcément une très bonne nouvelle pour les salariés.

Pour notre syndicat, ce contrat permet de réengager la diversification que nous réclamons depuis des années, avec la construction de ce très grand ferry (210 mètres de long, 675 cabines) qui comportera une nouvelle technologie innovante par la propulsion gaz, atout essentiel que notre entreprise a étudié.

Ce contrat de 270 millions d’euros pour une livraison du navire à l’automne 2016 représente environ 2,6 millions d’heures sur 2 années, cela correspond en moyenne à de l’activité pour 500 salariés.

Au-delà de cette très bonne nouvelle, il faut engranger d’autres commandes pour garantir la pérennité des emplois et de notre industrie, d’autres dossiers sont en attentes : paquebots MSC et Ferries pour la SNCM.

Concernant les ferries pour la compagnie marseillaise, la Direction STX a confirmé avoir remis une nouvelle offre en décembre dernier et se dit prête à répondre rapidement.
Pour la CGT, ces commandes, nous le répétons doivent revenir à Saint-Nazaire, elles seraient dans la suite logique de coopération, de diversification, d’innovation à l’image de ce qui va se faire avec la BAI.
Pour cela l’Etat doit confirmer son soutien et mettre tout en œuvre pour porter le choix de notre chantier.

Beaucoup d’opportunités existent donc pour atteindre une pleine charge de travail au Chantier Naval de Saint-Nazaire.

C’est donc bien d’une politique industrielle ambitieuse dont les salariés ont besoin, au contraire d’une « compétitivité » qui nuirait tant au contenu social des salariés qu’à la pérennité de l’entreprise.

Pour la CGT, c’est l’inactivité qui coute cher. Prendre des commandes pour stopper le chômage, relancer l’emploi et augmenter les salaires. Tels sont les enjeux que notre syndicat porte et continuera de porter !

Pour la CGT : Joel Cadoret















Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.