Femmes et Retraites : pour que cessent les inégalités de pensions

mardi 10 septembre 2013

La retraite est le miroir grossissant des inégalités subies par les femmes tout au long de leur vie : bas
salaires, qualifications non reconnues, temps partiel imposé, chômage, carrière plus courtes, non prise
en compte de la pénibilité des métiers à prédominance féminine, effets de la maternité, et
responsabilités familiales…

Le salaire moyen des femmes, en 2009, représente 27 % de moins que celui des hommes (cette
proportion reste pratiquement la même depuis 20 ans !) et leur pension moyenne de droit direct est
inférieure à 58 % à celle des hommes (932 euros contre 1603 euros en 2011). Les femmes constituent
82% des salarié-e-s à temps partiel. Elles sont majoritaires parmi les pauvres, surtout âgé-e-s : au-delà
de 65 ans, 66% des pauvres sont des femmes.

La question de la retraite des femmes ne peut pas être réduite à une question « spécifique ». Une
réforme juste, une réforme qui assure un niveau de pension suffisant pour toutes et tous, doit se
baser sur la situation des femmes et faire de l’égalité femmes/hommes le fil directeur.

Les principales réformes mises en oeuvre en 1993, 2003, 2008 et 2010, qui ont notamment allongé
la durée de cotisation et la période de carrière prise en compte pour le calcul de la pension, ont eu
pour effet d’accentuer les inégalités entre les femmes et les hommes. Hélas, les nouvelles mesures
proposées pour 2013 sont loin de répondre à cet objectif d’égalité, pourtant affichées.

Au contraire, le projet de loi va aggraver les inégalités

Femmes et retraites














Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.