Contact ! Le journal de l’UL Saint Nazaire - septembre 2013

dimanche 1er septembre 2013

Edito : Retraite un coup de massue en perspective

Après la réforme « SARKOZY » de 2010 sur l’âge de départ à la retraite à 67 ans et le droit de la liquider à 62 ans, le gouvernement « HOLLANDE » fort du rapport « MOREAU » souhaite en rajouter une couche (la 2ème lame) dès le second semestre 2013.

Pourtant en 2010, le Parti Socialiste, avait vivement critiqué et combattu ce projet d’allongement de l’âge du départ à la retraite.
Un certain nombre d’élus et de parlementaires étaient même, quelquefois, avec la CGT dans les manifestations.

Pourtant les profits des grandes entreprises augmentent régulièrement pour le « bonheur » des actionnaires qui n’ont jamais reçu autant de dividendes. La mobilisation des salariés a été forte et il s’en est fallu de peu pour que nous réussissions à faire avorter
cette loi aux conséquences inévitables sur l’emploi et la hausse du chômage que la CGT dénonçait déjà à l’époque.

C’est en employant la répression policière et en réquisitionnant les travailleurs que la droite a fait passer un projet idéologique qu’elle a payé en défaite électorale.

Les salariés de ce pays étaient en droit dès lors, sans tomber dans un optimisme béat, de prétendre à des mesures qui ne satisfassent pas le MEDEF.

Hélas, depuis le 12 mai 2012 la douche froide est pour les travailleurs qui se sont vus imposer une politique d’austérité sans précédent et une loi de sécurisation de l’emploi qui n’en a que le nom, au vu des cadeaux concédés au patronat, avec la bénédiction de 3Organisations Syndicales.

Quand on compte 5 millions de chômeurs, on ne doit pas chercher à allonger la durée de cotisations, maisà partager le travail pour permettre à toutes et tous de travailler.

D’ailleurs, s’il n’y avait pas 5 millions de chômeurs,mais 5 millions de cotisants en plus, personne ne parlerait de problèmes concernant les retraites.

Le but du MEDEF, en suggérant une augmentation du départ en retraite à 63 ans est tout autre : la baisse des pensions va contraindre celles et ceux qui le peuvent, mais dont le nombre diminue, à une retraite par capitalisation, pour le plus grand bénéfice des assurances et des banques, qui joueront ensuite sur les marchés financiers.

Le pire c’est que ceux qui, il y a à peine trois ans, combattaient l’augmentation de l’âge de départ en retraite, veulent alourdir aujourd’hui, ce qu’a imposé le gouvernement FILLON en augmentant le nombre d’années de cotisations (entre 43 et 44 ans).

Ces propositions sont inacceptables. En effet, le départ des jeunes dans la vie active est depuis très longtemps de plus en plus tardif dans un contexte économique où le chômage des moins de 25 ans est
dramatiquement haut (environ 25%).

L’Info de l’interpro

  • RETRAITE un coup de massue en perspective
  • Françoise Bonnin est retraitée. C’est une militante de terrain qui n’aime pas les interviews mais qui parlerait de syndicalisme pendant des heures. Elle a tant de messages à faire passer qu’on ne peut évoquer ici ses 54 années de syndicalisme et son militantisme. Propos recueillis par Patrick LE BIGOT
  • L’action juridique génératrice de droit
  • Tourisme social
Contact septembre 2013












Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.