Pour une fiscalité au service de tous !

lundi 6 mai 2013

Des impôts pour mieux vivre ensemble

Il faut être très riche pour pouvoir se passer de l’impôt.
Sans lui, qui aurait les moyens d’assurer seul sa sécurité, de se soigner, d’éduquer ses enfants, de construire ses propres routes, d’accéder à la culture ? L’impôt permet de ne pas dépendre de la charité pour accéder à des besoins essentiels. Il garantit au plus grand nombre de vivre dignement.

Toutefois pour être juste, le système fiscal doit prendre en compte les capacités de chaque citoyen. Il permet ensuite de redistribuer ces richesses collectées à l’ensemble de la population en fonction de ses besoins.

Pour ce faire, il faut en finir avec la réduction aveugle des dépenses publiques. Elle pénalise les plus fragiles qui ont besoin de meilleurs services publics. Elle prive les entreprises d’investissements publics essentiels à leur développement. Ces politiques d’austérité hypothèquent tout retour à la croissance, accentuent le chômage et la pauvreté.

Partons des besoins et cherchons des moyens pour les financer. Beaucoup de dépenses publiques sont des investissements rentables économiquement (recherche, éducation...).

Une véritable réforme de l’impôt est possible et nécessaire. Elle pourrait permettre de dégager des recettes supplémentaires, tout en faisant peser une fiscalité moins lourde sur la majorité de la population.

Halte à la chasse aux dépenses !

Les dépenses de l’État sont notre richesse commune ! En 30 ans, les recettes de l’État ont été affaiblies en faisant toujours plus de cadeaux à ceux qui avaient le plus de moyens pour contribuer.

En contrepartie, les dépenses n’ont globalement pas augmenté alors que de nombreux besoins sociaux ne sont pas satisfaits.

La machine fiscale, censée redistribuer les richesses, est totalement en panne. Résultat, les riches n’ont jamais été aussi riches et les pauvres jamais aussi pauvres.
De plus, les inégalités de revenus se sont accrues au cours des dix dernières années. Le revenu annuel des 10 % les plus modestes a augmenté de 400 euros entre 2000 et 2010. Celui des 10 % les plus riches a, quant à lui, augmenté de 8 950 euros.

Évidemment, les plus puissants œuvrent pour que cela dure !

En pièce jointe :

  • Impôts, qui paye le plus ?
  • 2013, toujours pas de révolution fiscale !!
  • Nos solutions !
Impot 2013
Impôts, qui paye le plus ?
2013, toujours pas de révolution fiscale !!
Nos solutions !














Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.