Le 1er mai, mobilisons nous partout contre l’austérité et pour le progrès social

mercredi 1er mai 2013

Mobilisation solidaire internationale de tous les travailleurs

Pour le progrès social, mettons les pieds dans le plat !

De l’argent, il y en a dans les poches du patronat, dans les
coffres des possédants, dans les banques, ici ou dans les
paradis fiscaux, sur les marchés financiers partout dans le
monde. Il circule, il se cache, il est surabondant.
C’est cet argent qui ne va pas à l’investissement productif,
au logement, au développement des services publics, à la
protection sociale. C’est cet argent qui manque en fin de
mois aux salariés condamnés aux petits salaires, au chômage,
aux petites retraites, aux minima sociaux.

Partout, on nous dit que nous coûtons trop cher !
Mais c’est nous qui, par notre travail, créons la richesse !
Alors oui, il est temps que les salariés mettent les
pieds dans le plat

Pour sortir de la crise :

  • - Augmentons d’abord les salaires. En France, le salaire minimum d’embauche d’un jeune sans diplôme doit être porté à 1700 euros. C’est à partir de ce salaire minimum que nous reconstruirons partout des grilles salariales. Ce sont les salaires qui alimentent les caisses de la protection sociale pour la santé, la retraite, l’assurance chômage.
    Partout dans le monde il faut un salaire minimum pour empêcher le dumping social généralisé.
  • - Développons l’emploi. Nous refusons la mise en concurrence des sites, des salariés entre eux dans les différents pays. Tous les travailleurs et les entreprises en souffrent !

Les banques, les financiers doivent être contraints de diriger l’argent vers l’investissement productif créateur d’emploi. Nous exigeons des mesures immédiates pour arrêter de brader nos outils de production mais au contraire pour développer notre appareil productif, les services publics et permettre une reconquête industrielle. Des filières entières sont à recréer ou à créer, des centaines de milliers d’emplois sont en jeu.

  • - Protégeons les salariés des aléas de la vie professionnelle et sociale. Notre syndicalisme a été créateur de notre sécurité sociale, de nos retraites par répartition, de l’assurance maladie, des allocations familiales, de l’assurance chômage. Non seulement nous les défendons mais nous proposons de les étendre.

Partout dans le monde, les travailleurs ont besoin de cette protection et nous envient.

C’est à cette protection sociale qu’aspirent
les travailleurs en Chine, au Bangladesh, en Amérique latine et dans tant de pays.

C’est aussi à un droit du travail protecteur pour les salariés. Or c’est ce droit du travail dans lequel coupe à la hache l’accord interprofessionnel du 11 janvier et sa transposition dans la loi. Celle-ci
protège les employeurs et flexibilise davantage les salariés. Un comble ! De la flexibilité, du dumping social, des chantages patronaux il y en déjà trop.

La CGT propose au contraire une sécurité sociale professionnelle qui redonne des droits aux salariés, permettrait la continuité du contrat de travail, une protection contre les aléas de la vie professionnelle.

Salariés , dans le monde entier nos intérêts sont communs !

Partout , la même politique d’austérité et la restriction des droits démocratiques est imposée aux salariés et aux populations.
Elles aggravent la crise, plongent les peuples dans la misère et provoquent la récession notamment dans toute la zone euro.

Pour être plus fort, il faut se rassembler !

Les salariés doivent construire leur unité avec leurs organisations
syndicales depuis leur lieu de travail jusqu’à l’échelle mondiale.

Manifestations

  • NANTES - 10 h 30 - place du Commerce
  • ST-NAZAIRE - 10h30 - place de l’Amérique Latine
  • ANCENIS - 10h00 - jardins de l’Eperon
  • CHATEAUBRIANT - 11h00 - Mairie
1er Mai 2013

Communiqué intersyndical CGT - FSU - Solidaires de Loire Atlantique

LE 1ER MAI : POUR L’ECONOMIE SOLIDAIRE ET L’EMPLOI, CONTRE L’AUSTERITE ET LA FINANCIARISATION

En ce 1er Mai, journée internationale du Travail, nous exprimons notre refus d’une politique d’austérité généralisée imposée aux peuples au nom du diktat des profits financiers et du dumping social. La soumission des gouvernements à la doctrine des patronats, aux dividendes des actionnaires, a des conséquences terribles, en France comme ailleurs, sur la santé, les conditions d’existence de millions de personnes reléguées du travail, réduites à la pauvreté jusque dans les retraites qui s’amenuisent toujours plus.

En France aussi l’argent est roi, le MEDEF fait loi avec la complicité d’un pouvoir qui n’a pas été élu sur ce programme. Dans les banques, dans les paradis fiscaux ou sur les marchés financiers, spéculation et cupidité sont à la manœuvre. Les richesses produites par le travail sont confisquées par les profits. Cet argent ne va pas dans l’investissement productif, au logement, au développement des services publics, à la protection sociale. Cet argent manque souvent bien avant la fin de mois aux salariés condamnés aux petits salaires, au chômage, aux petites retraites, aux minima sociaux. Cette logique est mortelle pour la démocratie. Elle condamne les services publics et tout notre système de solidarité nationale.

Le travail, notre travail, crée de la richesse ! Ce monde est de plus en plus riche mais des populations de plus en plus pauvres face à des écarts de richesses qui s’accentuent.

En France, d’autres choix sont possibles pour sortir de la « crise » :

  • - Retrait de l’accord du 11 janvier qui crée plus de flexibilité, la mobilité forcée et le chantage à l’emploi pour faire baisser les salaires ;
  • - Revalorisation immédiate des salaires et retraites car la relance viendra de cette autre répartition
  • - Développement de l’emploi par l’investissement dans l’appareil productif, les services publics, la recherche et la reconquête industrielle.
  • - Pérennisation de notre système de protection sociale et de répartition des retraites sans travailler plus longtemps.
  • - Refus de toute mesure d’austérité supplémentaire, y compris sous forme de TVA sociale larvée voulue par le gouvernement, car la TVA est un impôt injuste qui appauvrit toujours les plus pauvres.

En 2013, comme 2012, la courbe est la même ! Le chômage frappe dans les faits plus de 5 millions de personnes. Près de10 millions vivent avec moins de 900€ par mois. Ces précarités forment un terreau propice au développement des haines, aux actes racistes et homophobes. Un autre monde est possible et il suppose d’autres choix nationaux et internationaux.

Les organisations syndicales, CGT, FSU, Solidaires de Loire-Atlantique, réunies le 16 avril, appellent tous les salariés, jeunes, retraités et privés d’emploi à intensifier la mobilisation pour empêcher tous reculs sociaux, à construire l’unité des salariés pour faire naitre l’espoir, et à gagner , avec les travailleurs du monde entier le progrès social et la paix dans le monde.

MANIFESTATIONS :

  • Nantes - 10h30 - Place du commerce
  • Saint-Nazaire - 10h30 - Place de l’Amérique Latine
  • Châteaubriant - 11h - Place de la mairie
  • Ancenis - 10h – Jardin de l’Eperon
Communiqué commun CGT FSU Solidaires 44














Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.