Joseph Windels

mardi 30 octobre 2018

Un militant CGT, un résistant, un battant, né en 1923, orphelin de mère à 8 ans et de père à 11 ans. Grace à son tuteur, il suit des études secondaires à Vannes et Sainte-Anne d’Auray.

A 17 ans, avec un camarade, il monte une association de résistants et distribue des tracts.

L’année suivante il traverse la France pour embarquer à Toulon comme marin à la 1ère DB avec les travailleurs marocains et sénégalais.

En novembre 1944 en Alsace, sous-officier, il sera blessé et restera dans le coma 15 jours. Il retournera en Allemagne contre l’avis médical en 1945.

Après plusieurs emplois comme électricien aux Chantiers de l’Atlantique et en Afrique, il entre à KULH MAN à Paimboeuf où il prend rapidement des responsabilités syndicales à la CGT.

Il conduira des luttes mémorables qui serviront de prétexte pour son licenciement en 1963.

Il intente un procès qui connaitra une issue favorable au bout de 4 ans.

Dans l’attente de ce verdict, il se donne sans compter pour organiser syndicalement à la CGT les salariés de la Chimie.

La CGT lui assure alors un revenu pour faire vivre sa famille : une femme et 3 enfants.

En 1967, lors d’un Congrès Départemental, il est élu officiellement 2ème permanent de l’UD CGT de Loire-Atlantique.

Il assurera cette responsabilité jusqu’en 1976 avec le même esprit de battant, de résistant, d’organisateur.

Il terminera sa carrière professionnelle comme agent de conseil et de contrôle à l’ASSEDIC avant de bénéficier de la retraite en 1982 dans le cadre du FNE (Fonds National de l’Emploi).

Il nous quitte en ce mois d’octobre 2018, ses 95 ans accomplis.















Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.