Avenir du service public ferroviaire : ensemble pour le fer !

mercredi 9 août 2017

Alors que de plus en plus de cheminots sont mécontents, la Direction et le Gouvernement préparent des attaques de grande envergure qui pourraient mettre le feu aux poudres. Leur solution pour éviter cela : nous faire croire que nous sommes isolés, qu’il n’y a pas le choix, qu’il est inutile de se battre. La CGT refuse le fatalisme.

Ouverture à la concurrence

C’est par ce sujet qu’ils veulent commencer, en s’appuyant sur le vote du 4e paquet ferroviaire européen en 2016. Pourtant le sujet est loin de faire l’unanimité : même en excluant de son application 9 pays (sur 27), qui menaçaient d’y mettre leur véto, le 4è paquet a été adopté d’une courte tête. Il doit être transposé en droit français pour être appliqué. Si les textes européens imposent l’appel d’offres comme règle de base, ils prévoient néanmoins des exceptions.

Il reste donc des choix à faire dans l’écriture de la loi en France. La CGT considère que la bataille contre la concurrence peut et doit être menée, car ce mode de fonctionnement sera un recul majeur pour le service public comme pour les conditions sociales des salariés. En outre, la transférabilité des cheminots à un opérateur privé qui gagnerait un appel d’offres pose la question du devenir du Statut et du régime spécial de protection sociale.

La CGT exige un débat public !

La SNCF (ou le Groupe Public Ferroviaire) appartient à la Nation. Toute évolution doit faire l’objet d’un débat public pour que les citoyens décident des meilleures solutions pour répondre aux besoins du pays. Au lieu de cela, Gouvernement et Direction multiplient les colloques « entre soi » et la propagande pour passer en force.

Les usagers ne demandent pas la privatisation

Selon un sondage en 2011, 77% des français étaient satisfaits de leur entreprise publique SNCF. Ils manifestaient néanmoins de fortes attentes d’améliorations sur la ponctualité, la fréquence, le confort et le prix.

La CGT, qui travaille avec de nombreuses associations d’usagers, a pu constater que la concurrence n’est pas une demande. Il faut donc que cela soit entendu !

la suite dans le document en pièce jointe

  • La concurrence apporte-t-elle des solutions ?
  • Mais quel est le mobile du crime ?
  • Peut-on faire autrement ?
  • Financement du système : rien n’est réglé !
  • Pour gagner, battons-nous ensemble !
Ensemble pour le fer














Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.