Macron, c’est aussi la liquidation de l’Inspection du Travail !

mardi 20 juin 2017

Grève le 20 juin à l’Inspection du Travail, avec une manifestation nationale à Paris

NON aux ordonnances MACRON ! NON à la destruction du code du travail ! Non aux suppressions de postes, et à la liquidation du Ministère du Travail !

Depuis le 6 juin, le gouvernement a présenté son programme de contre-réforme concernant le droit du travail, la formation professionnelle, l’assurance chômage, l’avenir des retraites et notamment son projet immédiat d’ordonnances contre le code du travail, le gouvernement est en train de confirmer du bout des lèvres ce que la presse et notamment le Parisien et Libération avaient révélé sur le contenu des ordonnances.

Les ordonnances MACRON ce sont :

  • Le Code du Travail (ou ce qu’il va en rester) par entreprise. Tout sera « négociable » y compris des dérogations aux accords de branche notamment sur : les minimas salariaux, les classifications, la protection sociale complémentaire, la pénibilité. Même si les syndicats imposaient des verrous au niveau de la branche ces verrous pourraient sauter par accord d’entreprise.
  • Pour faciliter encore plus le « tout vers l’entreprise », les ordonnances instaureraient une présomption de légalité des accords majoritaires dans les entreprises.
  • C’est aussi le référendum à l’initiative de l’employeur soit en cas d’accord minoritaire, soit en cas de non accord, l’administration exercerait alors « un contrôle de pure forme ». C’est une attaque centrale contre les organisations syndicales.
  • Il est prévu également d’introduire la fusion des IRP DP, CHSCT, CE dans toutes les entreprises diminuant le nombre de représentant et liquidant la spécificité de chacune de ces institutions.
  • Ces « accords d’entreprise » nouvelles mouture primeraient sur les contrats de travail individuels. D’ailleurs dans ces mêmes accords il pourrait être introduit la définition des causes du licenciement ! Il s’agit aussi, selon les éléments publiés par Libération du document de la DGT établi à la demande du cabinet d’élargir la possibilité de la négociation « en ce qui concerne la période d’essai, le préavis, les congés familiaux, l’indemnité de licenciement ».
tract Non aux ordonnances














Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.