La Poste mute un agent dans l’autoritarisme le plus primaire

mercredi 30 septembre 2015

et sans respecter le droit du travail, ni gérer la situation de drame familial !

Un chef d’équipe cadre production à Mouzillon, M. Amadou OUEDRAOGO est victime d’un acharnement honteux et disproportionné de la Direction du Courrier Colis 44/85 pour avoir refusé une mutation.

Cet agent de maitrise a été reçu 7 fois depuis mars 2015 et a refusé 7 fois la même demande, à savoir être muté à Montaigu soit à 25km de Mouzillon, refus en raison de nouvelles obligations familiales liés au drame familial qu’il traverse. Celui-ci avait pourtant à l’époque reçu l’assurance du Directeur de sa disponibilité en cas de besoin, suite au tragique accident du vol air Algérie en juillet 2014 où 7 membres de sa famille de ROUANS sont décédés.

Et bien non, l’empathie semble un sentiment qui n’existe plus dans cette Direction. En dehors de cet aspect humain, les règles de mobilité imposable sont claires à La Poste comme dans le code du travail. Une mobilité ne peut être imposée que par nécessité de service lié à une réorganisation, une suppression de poste, où dans le cadre d’une sanction.

Là rien ne lui est reproché professionnellement, bien au contraire, et son poste de travail n’est pas modifié, Mouzillon n’est pas dans le cadre d’une réorganisation.

En effet, ce responsable c’est vu entretenu 7 fois par différent représentant de la Direction pour le convaincre du bienfondé de le muter à 25 km de Mouzillon à Montaigu, pour au final lui imposer cette mutation.
Et pourtant, il a indiqué les impacts négatifs que cela aurait pour lui en raison d’une part des obligations de gestion concernant les affaires de son défunt frère en raison de l’éloignement supplémentaire de ROUANS et de son état en raison du deuil qu’il doit aussi gérer.

La CGT est intervenue auprès de la direction pour le soutenir face à une décision arbitraire, car son poste de travail n’est pas modifié, son bureau pas réorganisé, et deux cadres sont présent dans ce centre aussi nous avons interrogé la direction sur ce choix et cette obstination contre lui. La direction répond décision managériale sans plus de précision !

Enfin, suite à son refus de partir à Montaigu le lundi 14 septembre, celui-ci a été mise à pied à titre conservatoire, pour rappel, ce type de sanction est prévu en cas de danger pour le service ; et pourtant il devait embaucher à Mouzillon la feuille de présence y contenant encore son nom ! L’opposition est considérée comme un acte dangereux par la direction peut être ! C’est une mesure délirante que de considérer qu’un cadre est dangereux parce qu’il refuse d’être muté jusqu’où La Poste ira pour appliquer sa stratégie ? Jusqu’à casser les agents ? Les suicides de cadre, La Poste a déjà oublié !

Le lendemain de sa mise à pied, notre collègue a reçu sa lettre d’entretien préalable au licenciement ! C’est cela la gestion par la direction d’un agent qui doit surmonter un drame familial, l’isoler pour le menacer de le licencier !

Le résultat d’une telle logique managériale, c’est que la situation de tension sociale s’aggrave dans les centres, OUI, la tension reçue par les cadres retombe inexorablement sur les agents !

La CGT auprès de tous les salariés s’insurge contre ce management absurde et anxiogène et se battra auprès et avec les agents victimes de pareille stratégie
Les Factrices et Facteurs de Mouzillon ont décidé de montrer leur indignation par une pétition, les collègues facteurs des autres centres courrier la signent aussi.

C’est ça le modèle social de La Poste qu’on nous promet ! Quel exemple !
Notre fédération a interpellé le siège de La Poste, nous espérons que M. Philippe DORGE nouveau Directeur Général adjoint de la branche Courrier colis du groupe intervienne afin de montrer que La Poste est attachée à une juste gestion des ressources humaines !













Accueil du site |  Site réalisé par la Cgt et propulsé par SPIP.